Marys Medicine

In second place among basic reasons for erectile dysfunction in Australia are different ailments buy viagra australia which may not necessarily be connected to the sexual sphere.

Nowelia couverture 22



Sphagnum magellanicum cladus aducus group ( Bryopsida : Amblystegiaceae ) , 12 ill., 248 VOTRE VOYAGE NOUS INTERESSE……
Si vous envisagez de voyager prochainement, pensez à récolter Revue spécialisée de bryologie quelques échantillons de bryophytes et à nous les faire parvenir dès votre Numéro 22 — juin 2002 ISSN: (1377 - 8412) Ils enrichiront ainsi l'herbier bryophytique et permettront aux Sommaire:
abonnés à la revue de lire votre article relatif au voyage que vous avez accompli. - Ph. De Zuttere, H. Pohl et J. Clesse : furetons au site du Colanhan Comment faire ? ( Verleumont , Lierneux ) . p. 2 1.) dans vos bagages emmenez avec vous de vieilles enveloppes en papier - Ph. De Zuttere : sur les traces de Henri Verheggen: histoire, géologie & bryophytes dans la région de Neufchâteau (récupérées parmi le courrier que vous recevez chez vous) ou éventuelle- - L. Evrard ( ) & A. Fraselle : découvertes étonnantes près de Longlier ( incl. ment des neuves… dans partie géol. art. Ph. De Zuttere ) p. 20—23 2.) prévoyez un crayon noir gras ou un bon bic (attention à l'eau dans ce - Ph. De Zuttere : remarques sur la nomenclature des bryophytes de dernier cas) Belgique . p. 38 - Votre voyage nous intéresse . p. 44 3.) une carte géographique détaillée (1/25.000°, 1/50.000°,…) compre- nant les latitudes et longitudes ou, plus moderne, un GPS que vous savez Nowellia bryologica est une revue de bryologie adressée aux bryologues utiliser correctement. amateurs et professionnels. Lors de vos voyages, notez sur les enveloppes un maximum de ren- Elle est ouverte à tout bryologue belge ou étranger qui souhaite y publier un arti- seignements: pays, ville, village, lieu-dit, latitude et longitude, référence Les langues acceptées sont le français, le néerlandais, l'allemand et l'anglais. de la carte utilisée et échelle, description du biotope ou vous avez fait le Nous souhaitons que les auteurs envoient un tirage de leur article sur papier blanc normal ( format A4 ) et, dans la mesure du possible, le texte sur support informatique prélèvement, remarques complémentaires,… ( rédigé avec Word pour PC ) tel qu'une disquette 3,5 pouces, zip 100 MB., Cdrom,… Ne prélevez pas inutilement des échantillons, il faut rester respec- Les articles publiés dans Nowellia bryologica n'engagent que la responsabilité de tueux des sites visités et la taille de l'enveloppe vous donne une bonne leur(s) auteur(s) . Editeur responsable: Ph. De Zuttere « taille » de récolte à respecter. Veillez à ne pas prélever des échantillons gorgés d'eau sinon il fau- Infographisme : C. Cassimans SOFAM 57 / 27 dra prévoir un séchage. Informations pratiques : cotisations
Ne les écrasez pas dans vos valises, évitez les mélanges, etc… Abonnement à la revue pour la Belgique: De retour chez vous, vous pouvez les laisser aérer et sécher quelque 11,20 € par année ; à verser sur le compte 270-0451637-58 de Ph. De Zuttere,
peu. Ensuite, il serait idéal de rédiger un petit texte descriptif sur votre avec la mention « revue Nowellia » ou en envoyant un chèque bancaire à
l'ordre de Ph. De Zuttere, (adresse ci-dessous)

voyage ( histoire, géologie, flore, biotopes,… ) et de nous faire parvenir Abonnement à la revue pour l'étranger: 15 € par année ;
l'ensemble. à payer d'une des manières suivantes: Nous essayerons, dans toute la mesure du possible, de valoriser au - envoi d'un chèque de 15 € à l'adresse ci-dessous ; mieux votre « collaboration scientifique » ! - envoi d'un billet de 10 € et d'un billet de 5 € à l'adresse ci-dessous ;
- virement interbancaire avec le code IBAN: BE 95.2700.4516.3758 Fortis Bank - Bruxelles code BIC : GEBABEBB
CONTACT: Philippe De Zuttere, Fontaine Saint-Joseph, 26,
BE. 5670 Vierves-sur-Viroin, Belgique Télécopieur: 00 32 (0) 60 39 19 70 Courriel: nowellia@skynet.be Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 44 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 1


Furetons au site de Colanhan ( Verleumont , Lierneux ) ,
De Zuttere, Ph., 1994. - Hépatiques et mousses du camp militaire en quête de bryologie
de Lagland, à Toernich ( Arlon, prov. Luxembourg, Belgique ) . Nowellia bryologica, 7 : 1—5. De Zuttere, Ph., 1995. - Tortula pagorum ( Milde ) De Not. existe en Belgique. Nowellia bryologica, 8 — 9 : 20 — 26. Sommaire : l'étude de la réserve naturelle du Colanhan a permis Dirkse, G.M., During, H.J. & Siebel, H.N., 1999. - Standaarlijst de trouver 76 espèces de bryophytes, dont certaines fort intéres- van de Nederlandse blad -, lever - en hauwmossen. Buxbaumiella, santes pour la région. 50 : 68 — 128. Grolle, R., 1983. - Hepatics of Europe, including the Azores : an Summary : a bryological study of the Colanhan « nature re- annotated list of species, with synonyms from recent literrature. serve » has been described in this work. Some interesting species J. Bryol., 12 : 403 - 459. are given. Grolle, R., & Long, D.G., 2000. - An annotated check-list of the L'intérêt bryologique de la région de Vielsalm n'est plus à Hepaticae and Anthocerotae of Europe and Macaronesia. J. Bryol., décrire. De nombreux articles en ont fait part, notamment une publication sur le Thier des Carrières, connu pour sa localité de Holmen, K., 1955. - Chromosome number of some species of Cryptogramma crispa ( L. ) R. Sphagnum. Bot. Tidsskr., 32 : 37 - 42. Br. , et son intérêt bryophyti- Maass, W.S.G. & Harvey, M.J., 1975. - Studies on the taxonomy que ( De Zuttere, 1990 ) . and distribution of Sphagnum. VII. Chromosome numbers in Spha- gnum. Nova Hedwigia, Bd. 24, 2 - 4 : 193 - 205. La région, riche en Mues, R., 1982. - Vergleichende Untersuchungen zur chemie und schistes et phyllades ardoisiers Taxonomic der Metzgeriales und Jungermanniales ( Hepaticae ) . ( ici d'âge Salmien ) , a long- Ber. Deutsch Bot. Ges., 95 : 115 - 125. temps fait l'objet d'exploita- Paton, J.A., 1999. - The Liverwort flora of the British Isles. Har- tions intenses, notamment ley Books, Colchester:, 626 pp., 314 fig. près de Vielsalm, ainsi qu'à Schumacker, R., De Zuttere, Ph., Sotiaux, A., & Werner, J., 1984. Ottré et à la Montagne de Co- - Lophozia obtusa ( Lindb. ) Evans ( Hepaticacea ) en Belgique et La Croix Verleumont au grand-duché de Luxembourg. Dumortiera, 29 — 30: 7 - 13. Il s'agit du Salmien inférieur, dont les quartzites vert clair Schumacker, R., & Vana, J., 2000. - Identification keys to the et phyllades ont plusieurs mètres de profondeur ( Robaszinski & liverwortst and hornworts of Europe and Macaronesia. ( Distribu- Dupuis, 1983 ) . D'autres publications sur la vallée de la Lienne tion & status ). 1e éd., Doc. St. Sc. Hautes-Fagnes, 31 : 160 pp. ont fait l'objet de travaux, mais ne concernent pas cet article, Smith, A.E.J., 1990. - The liverworts of Britain & Ireland. Cam- s'occupant principalement de la région de l'embouchure de cette bridge University press : 114. rivière avec l'Amblève. Smith, G.L., 1977. - Sphagnum recurvum. Phytologia, 36 : 171 - Le site de la Montagne de Colanhan, à Verleumont ( comm. Sotiaux, A. & Vanderpoorten, A., 2001. - Check-list of the bryo- de Lierneux ) , fait partie de cette bande d'exploitations. De phytes of Belgium. Belg. Journ. Bot., 134, 2 : 97—120. plus, cet endroit domine les sources de la Lienne, ce qui lui donne Vanderpoorten, A., 1996. — Données chorologiques et écologiques sur les bryophytes de la ville de Bruxelles. 2. Uccle. Nowellia ( 1 ) Ph. De Zuttere, Fontaine Saint-Joseph, 26 – BE. 5670 Vierves-sur-Viroin bryologica, 10 : 59 — 66. ( 2 ) H. Pohl, Place de Baileux, 33 – BE. 6464 Baileux Zarnowiec, J., 2001. — A taxonomic monograph of the Drepano- ( 3 ) J. Clesse, Rue Chars à Bœufs, 27 - BE. 6690 Vielsalm Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 2 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 43


tum, n = 19 + 2 m d'échantillons de Finlande et des U.S.A., n = 19 un aspect bryologique encore plus important. + 4 m d'échantillons du Canada; chez S. fallax, du Canada et des C'est bien ce qu'a compris « Ardenne et Gaume » qui en a fait U.S.A., n = 19 + 4 au Danemark. Par contre, S. angustifolium ( = une réserve naturelle. S. parvifolium ) , qui se rapproche le plus de S. apiculatum ( ou S. mucronatum ) , n = 19 au Canada, et n = 19 + 5 m en Finlande. Colle-en-Han ? L'étymologie laisse un gros point d'interro- Par contre, Holmen ( 1955 ) montre que S. apiculatum, récolté au gation. En effet, les opinions sont partagées à ce sujet. nord de Copenhague, possède n = 19 + 4 m. Selon l'abbé G. Jehenson, en retraite, qui consacre une Il est donc difficile de se faire une idée exacte sur ces étu- grande partie de son temps libre à étudier l'origine des noms des des génétiques. villages de la région ( sources de l'adm. com. de Lierneux ) la Deux dernières remarques doivent être épinglées : « Montagne de Colanhan » trouverait sa source dans le mot wallon 1.) la découverte de Tortula ( Syntrichia ) pagorum fut déjà pu- « colon » qui signifie pigeon et le suffixe « han » qui provient du bliée en 1995 par nous-même dans ce bulletin, référence à laquel- celte signifiant trou, grotte ou refuge. le AVP fait allusion dans son article de 1996. 2.) dans la bibliographie, il y a une inversion alphabétique, en ce Cependant, d'après C. Rostaing ( 1954 ) , Colle viendrait du sens que Blockeel et Long doivent passer avant Boisselier & al. bas latin Colla ( colline ) et du germanique ham ( han ? ) , courbu- re dans une rivière. Il va s'en dire que les deux étymologies peu- vent se valoir, mais nous pensons plus à la deuxième version, vu la Bibliographie :
configuration des lieux. Cette bibliographie ne reprend que les articles importants Une autre hypothèse, selon Carnoy ( 1948 ) , han viendrait cités dans cet article. Pour d'autres ouvrages ( p. ex. Hedenas ) , du germanique Ham ou Hamme, qui signifierait « prairie ». Colan- il faut se référer à l'article de Sotiaux & Vanderpoorten ( 2001 ) . han pourrait donc être une colline sur la prairie ( sources de la Blockeel, T.L. & Long, D.G., 1998 — A check-list and census cata- Enfin, selon J. Germain ( U.C.L. ) , comm. écrite, l'ouvrage logue of British and Irish bryophytes. British Bryological Society, de Carnoy, où le meilleur côtoie le pire, doit être consulté avec Cardiff: 208 pp. beaucoup de prudence et doit être contrôlé systématiquement, Corley, M.F.V. & Crundwell, A.C., 1991. — Additions and amend- même les formes anciennes, qui sont le plus souvent citées de ments to the mosses of Europe and the Azores. J. Bryol., 16 : seconde main. On lui aurait reproché à juste titre de ne pas assez tenir compte des faits dialectaux. Corley, M.F.V., Crundwell, A.C., Düll, R., Hill, M.O. & Smith, Selon Remacle ( 1990 ) , on y A.J.E., 1981. — Mosses of Europe and the Azores : an annotated trouve, dès 1439, la mention de crou- check-list, with synonyms from recent literature. J. Bryol., 14 : pète ( monticule ) du zeû Verieumont ( Verleumont ) , d'après les archives de Daniels, R.E. & Eddy, A., 1990. — Handbook of European Spha- l'abbaye et de la principauté de Stave- gna. Institute of Terrestrial Ecology, London, HMSO : 263 pp. Demaret, F., 1993. — Bryum. In De Sloover, J.L., Demaret, F., Toutes sortes de toponymies De Zuttere, Ph., & Arts, Th., 1993 - Bryophytes, vol. 3., fasc. 2, ont existé depuis lors, mais restant in Flore générale de Belgique, Jard. Bot. Nat. Belg., Min. Agric., toujours dans le même type ( dessous Meise : 196-199. Colanhans; en Colonhain; la voie du Demaret, F. & Wilczck, R., 1987. - Bryum oeneum Blytt ex B.S.G. combre ( sommet ) de Collahan ) . en Belgique. Dumortiera, 38 : 29—31. Vestiges d'exploitation Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 42 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 3




Le déterminant pourrait être le nom propre Colon ( en Canada, suite à une mise en synonymie 1439, toujours selon les sources de Stavelot ) des suites des en- erronée de Müller. Le nom correct est fants du couple Frerys et Colon d'Outrepons. Mais selon un certain Bryum oeneum Blytt ex B.S.G., ou, Melin, le terme colonhan ( colon = pigeon ), serait un terme de la mais problème, B. rutilans Auct., non région d'Andenne. Toujours Brid. ( C. Müll., 1849 ) . d'après Remacle il est signalé qu'en 1585, à Lierneux, on Drepanocladus : ce genre a fait l'objet, trouve la mention « partes de comme bien d'autres, de divisions sou- scayr ( carrières d'ardoise ) de vent inutiles. Peut-être les auteurs Colanhan, et que tous les noms n'ont-ils pas eu connaissance de la pu- Bryophytes et lichens, bon voisinage….? locaux amènent à l'origine blication de Zarnowiec ( 2001 ) , dont, « colline, monticule, versant dans de nombreux articles que nous avons publiés ( Nowellia bryo- abrupt ». Cette conception re- logica ) et signalé les travaux en cours, et les données pleines de joint donc celle de Rostaing, judicieuses remarques épistolaires. Depuis longtemps, nous fai- pour laquelle ( voir supra ) , Pelouse à Cladonia sp. et Leptodontium sons bien plus confiance aux bryologues de l'Est de l'Europe sp. sur schistes. nous donnons notre agréation. qu'aux nordiques, qui depuis une dizaine d'années, découpent, découpent encore et tranchent encore plus dans la systématique Quant à décider s'il s'agit de « Sur Colanhan » ( plans bryologique ( p. ex. Hedenas ) . P.O.P.P. ) dressés vers 1890, ou de « Montagne de Colan- han » ( atlas des chemins vicinaux ) , datant de 1841, il y a aussi Sphagnum fallax: personnellement, nous avons déjà insisté sur le un doute et des hésitations. De mémoire d'homme, l'appel- problème de la nomenclature de ce que tout sphagnologue et lation est bien la première, mais la plus usitée est la seconde pro- bryologue européen ont appelé erronément S. recurvum. Nous venant des mentions sur les cartes I.G.N. avec une connotation avons bien montré, dans une de nos publications ( De Zuttere, 1994 ) que S. recurvum était une espèce purement d'Amérique du Nord, suite aux travaux de Smith ( 1977 ) . S. fallax ( v. Klinggr. ) Actuellement, aucun risque ne semble peser sur le site, v. Klinggr. n'est pas non plus un nom correct. L'échantillon de contrairement à ce qui s'est passé au Thier des Carrières, à Viel- cette espèce, contenu à Budapest, nous a démontré qu'il s'agis- salm, où de nombreux terris ont été détruits pour réexploiter les sait d'un taxon proche de S. cuspidatum v. laxifolium, unique- déchets de phyllades. ment aquatique. Daniels & Eddy ( 1985 ) reconnaissent que S. re- curvum est la variété type qui n'existe pas en Europe. Ils propo-sent comme nomenclature S. recurvum ( sans nom d'auteur ) var. mucronatum ( Russ. ) Warnst.; S. recurvum ( toujours sans nom d'auteur ) subsp. mucronatum Russ. ou S. fallax. Nous attendons des herbiers concernés les échantillons de S. intermedium Hoffm. ( 1793 ) , de S. mucronatum Russ. ( 1889 ) et de S. apiculatum H. Lindb. ( 1903 ) que nous avons accepté ces dernières années. Nous ferons connaître le résultat de nos analyses dès celles-ci termi-nées. Signalons cependant que certaines études génétiques ( no- tamment Maass & Harvey, 1975 ) montrent que chez S. cuspida- Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 4 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 41


bien développés, ce qui a souvent amené la confusion entre les Cela a eu pour effet d'y supprimer quelques localités deux taxons. L. obtusa a-t-il été retrouvé en Belgique ces derniè- de fougères, bryophytes et lichens intéressants. L'exploitation de phyllades, selon l'Administration commu- Leiocolea et Lophozia : la distinction entre les deux taxons repose nale de Lierneux ( comm. écrite ) que nous remercions vivement, sur des caractères parfois ténus, tels que la forme des propagules, date du début du 18e siècle au moins. Preuve en est que la ferme ainsi que le périanthe lisse ou plissé dans la partie supérieure, carrée à la sortie du hameau de Verleumont aurait été construite vers 1715, notamment avec les pierres extraites de ces carrières Beaucoup d'auteurs ont fait du premier un sous-genre du et les toitures réalisées avec les ardoises façonnées sur ce site. second, chose que suivent Schumacker et Vana ( 2000 ) en le met- L'extraction y aurait perduré jusqu'au début du 20e siècle, à plus tant même en synonymie. Smith ( 1990 ) signale cependant que petite échelle, principalement à ciel ouvert, même si une galerie des données biochimiques effectuées par Mues et publiées en dans le versant ouest de la colline laisse supposer qu'une tentati- 1982 suggèrent de garder deux genres distincts. Cet auteur dit ve d'exploitation souterraine a eu lieu. que chez le genre Leiocolea K. Müll., il y a présence d'échantil- lons phénoliques, tels des flavones, très abondants dans les pig- Les noyaux synclinaux sal- ments foliaires et des fleurs. Ira-t-on donc à identifier les bryo- miens, fortement métamorphisés en phytes par la chimie, comme pour les lichens ? phyllades à coticules, sont peu at- Notre opinion personnelle est qu'il n' y a qu'un seul genre, teints par une altération en profon- Lophozia. deur et sont déblayés en véritables inselbergs à parois abruptes ( Colan- han ) . Les cluses vives, comme celle de la Lienne, à travers ces collines A quoi riment ces divi- structurelles, démontrent que le sions en Campyliadelphus, drainage est hérité de la pénéplaine Campylophyllum, Hennediella, supérieure ( Gullentops & al., Microbryum, Pseudocalliergon, Serpoleskea, le retour à Syntri- chia, divisant à nouveau Tortu- Huperzia selago Il est à espérer que le site de la, etc… ? Colanhan restera ce qu'il est actuellement, un site nostalgique Bryophytes sur un parapet de pont en Bien sûr, comme nous le pour ceux ou celles qui y ont travaillé, et pour les autres, un en- disons en début d'article, nous droit de repos pour l'homme, les animaux et les plantes qui y vi- ne pouvons que féliciter les auteurs de la nouvelle check-list de vent, ne fût-ce que quelques jours. Aristote, s'il était encore dans ce monde, s'y rendrait volon- Outre le découpage de certains genres, comme signalé plus tiers pour faire ses observations naturalistes et les décrire comme haut, nous espérons la résolution de trois problèmes: il l'a fait notamment dans ses « Histoires naturelles ». Bryum rutilans : pourquoi avoir repris ce nom, alors que la révi- Nul doute que quelques biologistes feront en sorte de se sion du genre Bryum, condensée dans la flore de Belgique ( De mettre dans la peau de cet ancien naturaliste et philosophe pour Sloover & al., 1993 ) , Demaret & Wilczck, qui en avaient déjà fait s'imprégner de cette nature tranquille, avenante, accueillante, part en 1987, démontrent que B. rutilans Brid. est une espèce du imprégnante et intéressante. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 40 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 5 Déblais, remblais, talus, excavations, avec leur végétation sent être analysées. arbustive, lichénique, bryophytique ou autres méritent cette pro- Depuis de nombreuses années, certains auteurs ( presque tection naturelle. toujours les mêmes ) multiplient les divisions de genres ou d'espè- La présence d'une belle localité du très rare lycopode ces sur des critères ténus. Déjà, anciennement, des bryologues Huperzia selago mérite déjà ce statut de réserve. De même, un distinguaient, dans un genre précis ( p. ex. Bryum ) des espèces travail exhaustif sur la réserve rien que sur le fait d'être synoïques, paroïques, etc… sans autre domaniale des prés de la Lien- caractère distinctif. ne ( située plus au nord que Où est-il le temps des clés d'identification de Delogne, celle de Colanhan, entre Odri- Braithwaite, Mac Vicar, Dixon, et bien d'autres où il suffisait de mont, Hierlot et un peu au distinguer des Jungermannia, des Bryum, des Hypnum, avec des nord de La Vaux et La Falise ) méthodes simples, basées sur des caractères distinctifs bien a été réalisé. Cette réserve clairs ? - avec certaines restrictions—. s'étend le long des deux rives N'oublions pas que beaucoup de bryophytes récoltées sont de la Lienne, de même que le la plupart du temps stériles, alors que les méthodes d'identifica- long de ses affluents, les ruis- tions sont basées sur la sexualité, la cap- seaux d'Arbrefontaine, des sule, les cellules externes ou internes de Fagnoûles, de Pochay et de Les sources de la Lienne celle-çi, le péristome et d'autres carac- Groûmont. Elle est située plus tères incontrôlables ( remarque pour les au nord que le site de Colanhan et ne fait donc pas l'objet de no- mousses ) ; pour les hépatiques, toujours la sexualité uniquement, la présence Que toute cette végétation puisse rester collée à jamais d'amphigastres, la dimension des trigo- dans cette « Montagne de Colanhan ». Les observations et récoltes ont été effectuées en décem- Dans chacun des paragraphes qui suivent, nous reviendrons sur ces problè- Tout le site est localisé en I. F. B. L. H7.37.43 et la réser- mes, ainsi que ceux, récents, d'études Ecorce d'un chêne ve comporte actuellement 11 ha 33 a 62 ca, son sommet attei- pédonculé colonisée par gnant une altitude de 567 mètres. Hépatiques
Trouvailles bryologiques
Cephaloziella : le récent ouvrage, excellent ( sauf peut-être les Lophozia longidens : espèce rare en Belgique, probablement méconnue figures ) de Paton ( 1999 ) montre, à un moment de la clé, que s'il par manque de prospection. y a des échantillons stériles, il est impossible d'identifier le spéci- men de façon satisfaisante. Schumacker & Vana ( 2000 ) utilisent Cynodontium strumiferum : espèce rare dans notre pays, essentielle- les mêmes critères. Pourquoi ne pas en chercher de plus simples ? ment rupicole, de préférence dans les fissures de rochers ou sur déchets de phyllades. Grimmia affinis : très rare en Belgique, cette espèce colonise des ro- Gymnocolea inflata et Lophozia obtusa : nous avons démontré chers secs assez thermophiles. ( Schumacker, De Zuttere, Sotiaux & Werner, 1984 ) que la Leptodontium gemmascens : cette découverte fut la première effectuée deuxième espèce a été rangée dans cinq genres différents, ce qui en Wallonie. Depuis lors, elle a été trouvée sur des chaumes de Fétu- témoigne de sa position ambiguë au sein du genre. De même, la ques ou d'Agrostis en Ardenne belge et dans les Ardennes françaises. première des espèces peut posséder des amphigastres réduits ou Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 6 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 39 HEPATIQUES
Lophozia longidens Ph. De Zuttere ( 1 ) Barbilophozia barbata Lophozia ventricosa Calypogeia Lophocolea bidentata Sommaire : une nouvelle check-list des bryophytes de Belgique Cephalozia bicuspidata Nardia scalaris vient d'être publiée. Elle est basée sur des fondements proposés Cephaloziella divaricata Pellia epiphylla par des publications neuves. Une critique de cette liste est pré- Diplophyllum albicans Ptilidium ciliare Jungermannia gracillima Scapania compacta sentée, plutôt aristarque que zoïle, c'est-à-dire tout à fait cons- Lepidozia Scapania tructive ( Dictionnaire des synonymes, Ed. Larousse ) . Lophocolea heterophylla Lophozia excisa Summary : A new checklist of Belgian bryophytes has been published. It is Amblystegium serpens Orthotrichum striatum based ou foundations proposed in recent publications. A critique Atrichum undulatum Plagiomnium undulatum of this list is given from the point of view « aristarque » rather Aulacomnium androgynum Plagiothecium cavifolium than « zoïle » - in other words, entirely constructive ( see Dic- argenteum Plagiothecium curvifolium tionnaire des Synonymes published by Larousse ) . Bryum microerythrocarpum Plagiothecium denticulatum Campylopus flexuosus Plagiothecium ruthei Campylopus introflexus Plagiothecium succulentum Après la rédaction de ce bulletin , fin février 2002 , nous Campylopus pyriformis Pleurozium schreberi avons reçu la nouvelle check-list des bryophytes de Belgique ( So- Ceratodon purpureus Pohlia lutescens tiaux & Vanderpoorten, 2001 ) . Etant donné que les deux articles Coscinodon cribrosus Pohlia nutans présentés dans ce bulletin étaient déjà rédigés et prêts à être mis Cynodontium bruntonii Polytrichum commune à la connaissance des lecteurs, nous n'avons pas pu tenir compte, Cynodontium strumiferum Polytrichum formosum dans les listes, des changements proposés. Dicranella heteromalla Polytrichum piliferum Les auteurs de cette nouvelle check-list ont compulsé les Dicranoweisia cirrata Pseudotaxiphyllum elegans publications effectuées depuis Grolle ( 1983 ) , pour les hépati- Dicranum montanum Racomitrium aciculare Dicranum scoparium Racomitrium elongatum ques, et celles de Corley & al. ( 1982 ) et de Corley & Crundwell Racomitrium fasciculare ( 1991 ) pour les mousses. Eurhynchium praelongum Racomitrium heterostichum Notre propos, ici, est de féliciter les deux auteurs pour leur Funaria hygrometrica Racomitrium lanuginosum travail de longue haleine. Il se basent surtout sur les listes pu- Rhytidiadelphus squarrosus bliées récemment par Grolle & Long ( 2001 ) pour les hépatiques, Sphagnum apiculatum ainsi que par Blockeel & Long ( 1998 ) pour les mousses, avec, Hygrohypnum ochraceum Sphagnum denticulatum pour étayer leurs considérations, celles de Dirkse, During & Siebel crassicladum Hylocomium splendens Sphagnum fimbriatum De plus, notre texte est « aristarque » et donc constructif Hypnum cupressiforme Sphagnum flexuosum Hypnum jutlandicum Sphagnum girgensohnii plutôt de « zoïle » c'est-à-dire envieux… Leptodontium flexifolium Sphagnum subnitens Leptodontium gemmascens Ulota bruchii var. bruchii Les auteurs ont choisi certaines options, mais, personnelle- Mnium hornum Ulota bruchii var. intermedia Orthothecium lineare Warnstorfia exannulata De Zuttere Ph. Fontaine Saint-Joseph, 26—5670 Vierves-s-Viroin ment, nous nous montrons sceptique sur un certain nombre de Note: Monsieur Joseph Clesse est conservateur de cette réserve remarquablement gérée et
points, restant prudent, de manière à ce que nos remarques puis- l'auteur des photos. Il souligne bien qu'il n'est en rien bryologue, mais qu'il a guidé les deux premiers auteurs dans leurs prospections. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 38 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 7 Carnoy, A., 1948. - Origines des noms des communes de Belgi- Des photographies illustrant cet article ont été réalisées que.Ed. Universitas, Louvain : 262 & 283. par Th. Toussaint ainsi que par Th. Gridelet et A. Fraselle. De Sloover, J. R., Dumont, J. M., Gillard, V., Iserentant, R. & Le- D'autres sont issues de Hannick & al. ( 1996 ) , ainsi que brun, J. ( coll. Deroanne, M. ) , 1980. - La réserve naturelle do- d'anciennes cartes postales. maniale des prés de la Lienne ( Lierneux ) . Min. Agric., Adm. L'auteur de cet article les remercie vivement pour leur pré- Eaux & Forêts, Serv. Cons. nat., trav., 12 : 117 pp. + cartes h.t. cieuse collaboration. De Zuttere, Ph., 1990. - L'intérêt bryologique des phyllades ardoi- siers de Vielsalm. Parcs nationaux, Ardenne et Gaume, XLV, fasc. Remerciements particuliers:
De Zuttere, Ph. & Andrianne, Ph., 1974. – Le Thier des Carrières à La rédaction tient à remercier tout particulièrement les personnes suivantes pour leur Vielsalm. Un site à sauvegarder d'urgence. Découvre ! Bull. Inf. aide très précieuse: - Mmes. DESMET Fabienne et VLEESCHOUWER Viviane—Bibliothèque du Service Géologi- Soc. Nat. Brab. Wallon, 4, 3 : 20 - 32. que de Belgique. De Zuttere, Ph. & Pohl, H., 1994. - Leptodontium gemmascens - Mr. GERMAIN Jean ( U.C.L. ) - Bibliothèque générale des Sciences Humaines, pour ce qui ( Mitt. ex Hunt. ) Braithw. et Grimmia affinis Hornsch. à Lierneux, concerne la toponymie. au Colanhan ( prov. Liège, Belgique ) . Nowellia bryologica, 7 : 15- - Mr. BRODKOM Frédéric ( U.C.L. ) - Bibliothèque des Sciences Exactes, pour ce qui concer-ne la géologie. - Mr. GROESSENS E. ( Serv. Géologique de Belgique ), pour ce qui concerne également la De Zuttere, Ph., Andrianne, Ph. & Schumacker, R., 1975. – Le Thier des Carrières. Un site à sauvegarder d'urgence à Vielsalm. - Mr. GEUBEL Arsène ( Neufchâteau ) pour ses suggestions concernant le texte, et principa-lement le paragraphe historique. Natur. Belges, 56 : 313-328. - Mr. CLESSE B. pour ses diverses remarques et corrections. Gullentops, F., Mullenders, W., Schaller, I., Gillot, H. & Hastin - - Mme. GEERS Jane pour les traductions en anglais. Servais, Y., 1966. - Observations géomorphologiques et palynolo- Qu'ils reçoivent, toutes et tous, nos plus vifs remerciements pour leur collaboration. giques dans la vallée de la Lienne. Acta. Géogr. Lovan., 4 : 192— Remacle, G., 1968. – Vielsalm et ses environs. Adm. comm. Viel- salm, 2° éd. : 270 pp. Remacle, L., 1990. - Toponymie de Lierneux. Liège, Mém. C.T.D., Ed. Michiels, Tongres : 182 pp. Robaszinski, F. & Dupuis, C., 1983. - Belgique. Guides géologiques rég., Masson, Paris; 89—91. Rostaing, C., 1954. - Les noms de lieux. Coll. „ Que sais-je", pres- ses universitaires de France : 135 pp. Schumacker, R. & De Zuttere, Ph., 1981. - Leptodontium flexuo- sum ( With. ) Hampe ( Pottiaceae , Musci ) en Belgique. Etude chorologique , écologique et phytosociologique. Herzogia , 5 : 589 REMARQUES SUR
LA
TURE DES
Le pont à Straimont DE BELGIQUE
Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 8 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 37 S. ) : 173 pp., cartes et photographies. Heinemann, P. & Vanden Berghen, C., 1946. - Aperçu sur la végé-tation bryophytique de la forêt d'Anlier. Bull. Soc. r. Bot. Belg., 78 ( 1945 ) : 57—64. Distribué dans : Centre Rech. écol. Phytosoc. Gembloux, comm. 3. Lawalrée, A., 1962, - Henri Verheggen ( 1845—1900 ) , botaniste et entomologiste wallon. Nat. mos., 15 : 8—11. Lombard, A., 1957. - Géologie de la Belgique. ( 1958 ) . Nat. Bel-ges, publ. spéc. : 168 pp., 1 carte h.t. Maillieux, E., 1993. - Terrains, roches et fossiles de la Belgique, 2e éd. , Patr. mus. Roy. hist. nat. Belg. : 212 pp. Maillieux, E., 1936. - La faune et l'âge des quartzophyllades sie-geniens de Longlier. Mém. mus. hist. nat. Belg., 73 : 1—140. Maquet, J., & Pa rent, J., 1956. - Aspect géographique de la terre de Neufchâteau & la Terre de Neufchâteau, aperçu géologique. In Geubel & Gourdet, voir supra. Michot, P., 1980. - Belgique. Introduction à la géologie générale. Excursion 211 A, livret guide. 26e congrès géologique internatio-nal, Paris : 486— 567. Robaszinski, F. & Dupuis, C., 1983. - Belgique. Guides géologiques régionaux, Masson, Paris : 9, 10 & 138. Sotiaux, A. & Vanderpoorten, A., 2001. - Check-list of the bryo-phytes of Belgium. Belg. Journ. bot., 134 ( 2 ) : 97—120. Sotiaux, A., & Sotiaux, O. ( coll. De Zuttere, Ph. ) , 1998. - Distri-bution de Distichium capillaceum ( Ditrichaceae, Musci ) en Belgi- que et dans les régions limitrophes. Dumortiera, 69 : 24—29. Sotiaux, A., Stieperaere, H. & Sotiaux, O., 1998. - Orthotrichum consimile Mitt. in Belgium. Journ. of Bryol., 20 : 449 — 454. Vanden Berghen, C., 1955—1957. - Bryophytes, 1. In Flore géné- rale de Belgique. Bruxelles, Jard. Bot. Etat : 389 pp. Verheggen, H., 1871. - Mousses, hépatiques et lichens des envi-rons de Neufchâteau. Bull. Soc. r. Bot. Belg., 10 : 194—212. Waterlot, G., Beugnies, A. & Bintz, J., 1973. - Ardenne, Luxembourg. Guides géologi-ques régionaux, Masson, Paris : 120. Peupleraie à Neufchâteau Remarque: la carte imprimée ci-dessus est donnée à titre documentaire car l'échelle ne correspond plus à la réalité. Cette carte a fait l'objet d'une réduction photographique. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 36 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 9 Sur les traces de Henri Verheggen : histoire, géologie &
ge ) . Doc. phytosoc., N. S., 1 : 269 — 276. bryophytes dans la région de Neufchâteau
De Sloover, J.L., Demaret, F., De Zuttere, Ph. & Arts, Th., 1993. ( prov. Luxembourg , Belgique )
- Bryophytes, vol 3, fasc. 2, in Flore générale de Belgique, Jard. Bot. Nat. Belg., Min. Agric., Meise : 262 pp. Ph. De Zuttere ( 1 ) Dewalque, G., 1890 - 1891. - Sur quelques fossiles des ardoisiè- res de Warmifontaine ( Neufchâteau ) . Ann. Soc. géol. Belg., 18 : Ce travail est dédié à Henri Verheggen , promoteur de la connaissance des bryophytes de la région chestrolaise , et à Luc De Zuttere, Ph., 1966. - Une nouvelle station ardennaise de Blasia Evrard , qui a fait connaître à l'auteur les sites intéressants de ce pusilla L. Nat. mos., 19 : 19 périmètre très élargi. De Zuttere, Ph., 1967. - Excursion du 21 juillet 1966 à Herbeu- Cette liste de bryophytes est dédiée également à des amis mont, Chiny et Straimont. Nat. Mos., ( 1966 ) : 87—89. décédés depuis longtemps , le Comte Victor d'Ansembourg , qui De Zuttere, Ph., 1992 . - Les Orthotrichaceae ( Musci ) de la Bel- m'a très souvent reçu dans son château d'Assenois , ainsi que gique et du grand-duché de Luxembourg. Nowellia bryol., 2 : 1— Monsieur Emile Nannan ( Neufchâteau ) qui s'occupa uniquement de phanérogames, mais me permit de découvrir , à l'époque , des De Zuttere, Ph., 1993. - Fissidens monguillonii Ther. ( Musci ) , sites bryologiques de haut intérêt. espèce méconnue en Belgique et au grand-duché de Luxembourg. Nowellia bryol., 3—4 : 1—4. De Zuttere, Ph. & Schumacker, R., 1984 - Bryophytes nouvelles, Sommaire : une liste des bryophytes, accompagnée d'un peu méconnues, rares, menacées ou disparues de Belgique. Minist. d'histoire de la région de Neufchâteau, de sa géologie et des do- Région wall., Inspection Gén. Environn. et des Forêts, trav. 13 : cuments de H. Verheggen est livrée au lecteur. 160 pp., 40 cartes h.t. Fourmarier, P., Graulich, J.M. & Lambrecht, L., 1961—1962. - Les A list of bryophytes, together with a short history of Neufchâteau effets d'une phase tardive du plissement hercynien sur le versant region, its geology and papers from H. Verheggen is presented to nord du synclinorium de Neufchâteau. Ann. Soc. géol. Belg., 85 : the reader. B 357—B 370, 9 fig. Geubel, A., & Gourdet, L., 1956. - Le Château de Mellier, le « vieux château » et le « neuf château ». In Histoire du Pays de Neufchâteau, Duculot, Gembloux : 39 — 41. Gosselet, G., 1885. - Note sur les schistes de Bastogne. Ann. Soc. géol. Nord, 12 : 173—194. Hannick, P., 1989—1990. - Neufchâteau, de 1755 à 1814. De la prévôté à la sous-préfecture. Am. Inst. Archéol. Lux., Arlon : 120—121, 400 pp. ( Thèse doctorale présentée en philosophie et lettres à l'U.C.L.N. le 25 avril 1991 sous le titre : De la prévôté à la sous-préfecture : une seigneurie ardennaise à l'heure des grands bouleversements : Neufchâteau : 1755—1814 ) . Carte de Ferraris extraite de « Ardenne et Gaume » Fonds Mercator, 1970, p. 6. Hannick, P., Duvosquel, J.M. & Morsa, D., 1996. - La carte d'Aren-berg de la terre et prévôté de Neufchâteau en 1609 ( avec la cour Ph. De Zuttere, Fontaine Saint-Joseph, 26 – BE. 5670 Vierves-sur-Viroin Belgique de Mellier et la seigneurie de Bertrix ) . Crédit communal ( éd. commentée et enrichie d'un dossier cartographique, 18° - 20° Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 10 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 35 8. Bibliographie
1. Introduction
Asselberghs, E., 1912. - Age des couches des environs de Neufchâ- Henri-Frédéric Verheggen est né à Heure , près de Marche- teau. Ann. Soc. géol. Belg., 39 : B 199-205, Liège. en-Famenne en 1845 et y mourut en 1900. Il fut nommé régent à Asselberghs, E., 1912. - Description des fossiles découverts par M. l'école moyenne de Neufchâteau en 1865 environ et quitta cette J. Duvigneaud aux environs de Neufchâteau. Bull. Soc. belge de ville en 1872 pour être nommé directeur du même type d'école , Géol., 26 : 189—215. d'abord de celle de Maaseik ( prov. de Limbourg , à la frontière Asselberghs, E., 1924. - Les ardoisières du Dévonien de l'Ardenne. néerlandaise ) puis à celle de Walcourt ( Lawalrée , 1962 ) . Ann. Mines Belg., 25 : 1037— 1098. Asselberghs, E., 1946. - L'Eodévonien de l'Ardenne et des régions Il parcourut la région de Neufchâ- voisines. Mém. Inst. géol. de l'Univ. de Louvain, 14 : 598 pp. + teau dans tous les sens , mais ne s'adonna à la bryologie que durant 3 ans , comme il Asselberghs, E., 1954. - L'Eodévonien de l'Ardenne. In Fourma- le dit lui-même ( Verheggen, 1871 ) . rier, P. — Prodrome d'une description géologique de la Belgique. Dans les autres régions , il s'occupa Soc. géol. Belg., chap. 3 : 83—118, Liège. essentiellement d'entomologie. Brasseur, F., De Sloover, J. R., Devillez, F., Goossens, M., Iseren- Depuis quelques années , nous tant, R., Jouret, M. F. & Lebrun, J., 1978. - La végétation de la avons eu la chance de parcourir les sen- réserve naturelle domaniale des étangs de Luchy. Minist. Agri- tes , collines , talus , marais , bosquets , cult., Adm. Eaux et Forêts, Serv. Conserv. Nat., Trav., 9 : 64 pp. , forêts , rochers et vallées de cette région 7 tableaux h. t. chestrolaise , que, au début , nous fit Cercle « Terre de Neufchâteau », s.d., - La « Terre de Neufchâ- connaître Luc Evrard. teau », ( notice historique ). In syndicat d'Initiative « Pays de Certains stages de bryologie , orga- Neufchâteau », : 4—5 ( texte de Geubel & Gourdet, 1956 ). nisés au Centre Nature et Biologie de Longlier , à l'époque dépen- Commission géologique de Belgique, 1897.— Cartes géologiques n° dant des C. N. B., concrétisèrent certaines connaissances bryolo- 208 ( Bertrix—Recogne ) , n° 209 ( Neufchâteau—Juseret ), n° 213 giques , grâce notamment à deux jeunes ( à ce moment , 16 ou 17 ( Herbeumont—Chiny ) et n° 214 ( Assenois—Anlier ) . Levés et tra- ans ) , A. Vanderpoorten et D. Ertz , qui , actuellement , sont cés par V. Dormal. devenus des bryologues renommés tant dans notre pays qu'à l'é- Delogne, C., 1883—1884. - Flore cryptogamique de la Belgique, 1e partie : Muscinées. 1883 : 1 -114; 1884 : 115—328. Bruxelles. ( 4 Ces deux jeunes gens, ainsi que quelques naturalistes lo- planches h. t. en 1883 ) . caux , dont furent notamment Luc Evrard et Anicet Fraselle ont Demaret, F. & Lambinon, J., 1969. - Bryophytes rares, disparues largement contribué à la réussite de ce vaste travail. Certaines ou menacées de disparition en Belgique. In Delvosalle, L. & alii. autres personnes , de domaines privés , comme celui de La Chaur- Plantes rares, disparues ou menacées de disparition en Belgique : nô ( M. Heuschling ) , ainsi que des gardes-forestiers domaniaux , l'appauvrissement de la flore indigène. Minist. Agricult., Adm. ou privés, ont participé à cet article important. Eaux & Forêts, Serv. Rés. nat. & dom., Serv. cons. Nat., trav., 4 : Je voudrais aussi souligner l'immense solidarité qui s'est fai- te autour de Luc Evrard dans ses derniers moments pour réaliser De Sloover, J.L., 1981 - Le genre Seligeria ( Musci ) en Belgique. le travail sur les cartes des mousses du Parc naturel Viroin- Bull. Jard. bot. nat Belg., 51, 3-4 : 379—396. Hermeton : toute une équipe de Neufchâteau s'y est mise , princi- De Sloover, J. R. & De Sloover, J. L., 1977.— La végétation bryo- palement celle du Cercle de Mycologie du Luxembourg belge. phytique des grèves exondées de l'étang de Luchy ( Ardenne bel- Que cette solidarité , entre naturalistes , puisse continuer Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 34 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 11 dans les années à venir pour que vive , toujours , cette magnifi- Mousses:
que nature chestrolaise et ses environs ! Bryum elegans : Neufchâteau ( in De Sloover & al., 1993 ) . Bryum violaceum : Grapfontaine, Montplainchamps ( in De Sloover & al., 1993 ) . Les deux sp. sub. B. atropurpureum. Bryum weigelii : entre Neufchâteau et Warmifontaine, alt. 430 m.; Hamipré et entre Hamipré et Neufchâteau. Campylopus fragilis : rochers schisteux à Neufchâteau, alt. 410 m. Homomallium incurvatum : rochers ombragés à Straimont, alt. Le Lac de Neufchâteau Hymenostylium recurvirostrum : rochers humides à Neufchâteau, 2. Quelques mots d'histoire
Pseudobryum cinclidioides : entre Neufchâteau et Warmifontaine, Le site de Mellier, commune à quelques kilomètres de alt. 430 m. ; entre Longlier et Nanmoussart. Neufchâteau, fut occupé par les Carolingiens. Ce domaine an- Pterigynandrum filiforme : excavation d'une ancienne ardoisère à cien, accolé à celui de Longlier, va se souder à celui-ci, sous l'é- gide des seigneurs de Chiny, Louis I, Louis II et Louis III. Seligeria pusilla : rochers ombragés à Straimont, alt. 350 m. Cette dynastie, ou une branche de celle-ci, émigra vers le Seligeria recurvata : même loc. nord, dans le domaine de Longlier, probablement à l'époque de Tomenthypnum nitens : prairie tourbeuse à Neufchâteau, alt. 450 l'arrivée des moines pour en assurer leur protection. C'est en effet à l'époque des Mérovingiens que, dans cette localité, fut Trois espèces, citées par lui, ont été revues, mais dans des érigé un prieuré bénédictin. Clotaire II, Pépin le Bref et Charle- sites différents de ceux qu'il énumère : magne y séjournèrent. A l'époque, ce fut une dépendance de Antitrichia curtipendula, non revu à Neufchâteau, Tronquoy et l'Abbaye de Florennes. Les comtes de Chiny érigèrent, entre Longlier et Neufchâ- Aulacomnium palustre et Polytrichum strictum, cités d'une tour- teau, probablement dans une boucle du cours d'eau, entre les bière entre Harfontaine et Petivoir, site sans doute détruit ( avec deux localités, un vieux château, dont il reste quelques vestiges Sphagnum capillifolium, S. laxifolium et S. squarrosum ) . ( Cercle Terre de Neufchâteau, s.d. ) . Parmi ces sphaignes, aucune n'a été revue dans notre périmètre de prospections. Le vieux château… carte d'Arenberg ( 1609 ) château, d'après Signalons aussi que le travail sur les Seligeria de Belgique berg, se situait ( De Sloover, 1981 ) ne fait mention, pour Straimont, que de S. recurvata. que l'on appelle Toutes les autres espèces, excepté Bryum weigelii et Pteri- gynandrum filiforme, ne sont reprises dans aucunes publications Justice. Au pied des ruines de ce Parmi les hépatiques citées, beaucoup semblent improba- blement présentes dans les sites signalés. L'écologie proposée en blanc et gris n'est pas conforme à leur statut normal. sur la carte, de- Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 12 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 33 peut-être à ce que les responsables politiques ou forestiers de vait se trouver l'ancien moulin seigneurial devenu une foulerie cette belle région chestrolaise feront en sorte de protéger des avant 1650. Entre le vieux château et la ville, la Maison forte du sites naturels qui le méritent assurément. Faubourg à côté de ce qui pourrait symboliser une tannerie. Ces documents sont confirmés par Geubel & Gourdet 7. Espèces signalées par Henri Verheggen, mais non revues
( 1956 ) . Ceux-ci ont , en 1939 , effectué des fouilles archéolo- giques qui leur ont permis de retrouver les principales structures Hépatiques :
du vieux château. Anastrophyllum minutum ( sub. Diplophyllum minutum ) : rochers et terrains incultes à Petitvoir et Neufchâteau. En 1199, la réunion des domaines de Mellier et de Longlier, Blasia pusilla : Neufchâteau et Molinfaing. par Hughes ou Thierry de Mellier, comtes de Chiny, donne le titre Blepharostoma trichophyllum : Neufchâteau et Longlier. de seigneur de Neufchâteau sous le vocable Novum Castrum ( ou Gymnocolea inflata : rochers schisteux à Neufchâteau et Longlier. Castellum ) . Ce château fut construit sur le promontoire ro- Harpanthus scutatius : rochers ombragés à Neufchâteau. cheux dont l'église actuelle occupe le centre. Jungermania exsertifolia sbsp.cordifolia : terre recouvrant les rochers à Neufchâteau et Straimont. Jungermania sphaerocarpa : terre des lieux ombragés et bois à En 1199 toujours, Thierry de Mellier donne à l'abbaye de Saint-Hubert le titre de seigneur de Neufchâteau, avec une rente Lophocolea minor : rochers entre Straimont et Chiny. Lophozia collaris : avec Enc. streptocarpa à Straimont. Pedinophyllum interruptum : terre des bois de Neufchâteau. Pallavicinia lyelli : rochers humides entre Straimont et Martilly. Porella arboris-vitae : rochers schisteux à Straimont. Porella platyphylla : rochers schisteux à Straimont. Scapania compacta : à Neufchâteau et Straimont. Trichocolea tomentella : entre Straimont et Chiny. Signalons aussi que dans la flore des hépatiques de Vanden Berghen ( 1956 & 1957 ) il est fait mention de la présence à Neuf- château des hépatiques Blepharostoma trichophyllum, Marsupella funckii, Nardia compressa ( sans doute confusion avec la localité de Warinsart, près de Saint-Hubert ) et de Scapania curta. Nouveau château de Neufchâteau - ( carte d'Arenberg 1609 ) de « Sire de Neufchastel », nom que porta la commune en 1313 . Jusqu'à la révolution française, la « Terre de Neufchâ- teau » connut une grande stabilité territoriale. Les structures ecclésiastiques se modifièrent au cours des 17e et 18e siècles. En 1664 s'établit à Hamipré un couvent de Récollets, qui reprit la Brouillard sur la Vierre à Straimont charge de l'hôpital, ce qui fit glisser le centre paroissial de Lon- Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 32 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 13 glier à Neufchâteau. Thuidium tamariscinum: 3,4,7a,12, 38,39 En 1657, la forteresse de Neufchâteau fut démantelée par Ulota bruchii var. intermedia: 1, 7a, Tortella tortuosa: 37 15, 21, 32, 36, 37 les troupes françaises de Louis XIV. Tortula intermedia: 19,24 Ulota crispa: 15, 33a, 34, 35, 36, 37, 39 Tortula laevipila: 15,18,32,36 Ulota crispa var. crispa: 27,30,32 Victor Hugo logea à l'Hôtel des Postes en 1862. Tortula muralis: 2,5,6,7,8,19, 24, Ulota crispa var. crispula: 7a Warnstorfia exannulata var. rotae: 1 Au cours du 19e siècle, Neufchâteau fut reconnu pour ses Tortula papillosa: 23,24,26,33,36 Weissia controversa: 7,19,23,37 Tortula ruralis: 37 Zygodon conoideus: 37 tanneries et ses foires aux chevaux. Tortula subulata: 7,37 Ulota bruchii var. bruchii: 5,6,10,15, 6. Trouvailles bryologiques
Hépatiques
Les taxons suivants, repris dans la liste ci-avant, semblent nouvel- les pour les carrés I. F. B. L. prospectés: Barbilophozia barbata, Calypogeia integristipula, C. neesiana, Cephalozia lunulifolia, Diplophyllum obtusifolium, Jungermannia hyalina, J. obovata, Lophozia bicrenata, L. excisa, L. incisa, L. longidens, L. sudetica, Marsupella funckii, Odontoschisma sphagni, Riccardia latifrons, R. multifida, Scapania lingulata, S. mucronata et S. scandica. Le problème est plus délicat, car, jusqu'à présent, seulement Hôtel des Postes à la fin du XIXe siècle quelques cartes de répartition de mousses belges ont paru. Nous pensons que les découvertes suivantes sont les plus intéressantes Roi Léopold III procéda, sur la place du château, à une inspection pour la région: Bartramia ithyphylla, Bryum tenuisetum, Campy- militaire. Des maquis s'organisèrent dans les forêts qui ceintu- lopus subulatus, Dicranella cerviculata, Districhium capillaceum rent la « Terre de Neufchâteau », qui ne retrouva sa quiétude ( cité dans Sotiaux, A. et O. , coll. De Zuttere, Ph. ) , Fissidens crassipes, F. monguillonii, Grimmia decipiens, Gymnostomum vi- ride, Hedwigia stellata, Leptodontium gemmascens ( découvert grâce à la perspicacité de AVP ) , Orthothecium intricatum, Or- thotrichum consimile ( sp. nov. pour la Belgique, Sotiaux, A., Stieperaere, H. & Sotiaux, O., 1998 ) , Phascum cuspidatum, Phi- 3. Géologie
lonotis caespitosa, Plagiomnium ellipticum, Pseudobryum cincli- La zone prospectée comprend des socles géologiques ap- dioides, Rhodobryum roseum, Sphagnum angustifolium et Zygo- partenant au Siegenien, à l'Emsien et au Couvinien, situés dans don conoideus. le synclinal de Neufchâteau. Selon les cartes géologiques pu- Il est très probable que toutes les espèces citées ci-dessus, bliées en 1897, sous l'égide de l'Institut cartographique militaire tant hépatiques que mousses, concourront à compléter les cartes ( commission géologique de Belgique ) levées et tracées par Dor- de répartition de ces taxons dans notre Ardenne. En plus, les loca- mal on distingue: lités où ces hépatiques et mousses ont été récoltées contribueront Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 14 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 31 Plagiothecium laetum: 11 Racomitrium heterostichum: 6,17,23, A.) S1a: grès d'Anor et de
Plagiothecium ruthei : 1,13,16,27 Plagiothecium succulentum: 6,8,9,15, Racomitrium lanuginosum: 6 Bastogne
17, 18 ,23, 27,30,36,37 Rhizomnium punctatum: 7a,8,12,23,27, Ce sont des grès à Plagiothecium undulatum: 3,10,32,35 quartzite avec des points Pleuridium acuminatum: 23,27,39 Rhodobryum roseum: 23 sériciteux, gris bleuté et Pleuridium palustre: 6,10,14, 19, 20, Rhynchostegium confertum: 37 Rhynchostegium murale: 19 devenant, par altération, Pleuridium subulatum: 19,20,27 Rhynchostegium riparioides: 6,18,21, blanc à blanc crème ou lé- Pleurozium schreberi: 1, 2, 4, 6, 7a, 8, 23, 24,29,30 gèrement rosé. Les bancs 9, 11, 12, 13,15, 16,17, 19, 21, 23, 30, Rhytidiadelphus loreus: 3,4,7a,8,9,10, de grès sont irréguliers, len- 13, 23,25,27,30,35,37 ticulaires, à stratifications Pogonatum aloides: 6,14,15,18,19, 23, Rhytidiadelphus squarrosus: 2,3,4,5,6, souvent entrecroisées, avec Pogonatum nanum: 6 ripplemarks et des interca- Pogonatum urnigerum: 4,9,23,37 Rhytidiadelphus triquetrus: 3,17,30,37 lations minces de schistes Pohlia annotina: 4,6,15 noirs feuilletés avec nodules Carte du synclinorium de Dinant et du syncli- Pohlia camptotrachela: 6,10,19,20,21, Schistidium apocarpum s.l. : 1,2,7,17, nal de la Vesdre. Extraite de « Ardenne et 19, 24,30,33a,34,36,37 Gaume » - Fonds Mercator, 1970, p. 65. Pohlia cruda: 37 Schistidium rivulare: 18 Pohlia lescuriana: 35 Schistostega pennata: 23,35 B.) S1b: phyllades d'Alle
Pohlia lutescens: 1,3,13,18,21,25,35 Scleropodium purum: 3,5,6,9,10, 11, Phyllades pures et finement feuilletés, ardoisiers, avec Pohlia melanodon: 6,8,21,22 quartzites gris. Par rapport au grès d'Anor, le sédiment est plus Pohlia nutans: 1,2,3,6,7a,11,12, 38,39 13,15,23,28,29,38 Sphagnum angustifolium: 9 schisteux, plus fin, et représente un faciès vaseux plus éloigné Pohlia proligera: 4,19,37 Sphagnum apiculatum: 1,9,12 Pohlia wahlenbergii: 8,21,30 Sphagnum denticulatum var. crassicla- Le Siegenien inférieur du flanc nord du bassin de Neufchâ- Polytrichum commune: 1, 2, 3, 7a, 8, dum: 2,7a,8,12,28 teau a d'abord une direction W.S.W.—E.N.E., puis E.W. Il main- 9, 10, 12, 14, 26, 27, 28 Sphagnum denticulatum var. inunda- Polytrichum formosum: 2,3,4,6,7a,8,9, tum: 1,9,27 tient une largeur de 4 à 5000 m jusqu'à Tournay, puis se rétrécit 10,11,12,14,15,17,18,19,21,23,24,25, Sphagnum denticulatum var. obesum: à 3.000 m à Molinfaing, entre Longlier et Juseret. C.) S2a: Siegenien moyen
Polytrichum juniperinum: 8,12,24 Sphagnum fimbriatum: 7a,9,10,14,28 Le faciès de Longlier est constitué de quartzophyllades, Polytrichum piliferum: 6,9,12,15,17, Sphagnum flexuosum: 1,6,7a,8,9, 10, grauwackes, psammites et grès d'Houffalize. On traverse cette 19,23,24,30,32,36,37 Polytrichum strictum: 16 Sphagnum girgensohnii: 3,8,9,10,12, assise à l'est de Neufchâteau, vers Ebly. Pottia intermedia: 6 Des bancs fossilifères, nombreux, apportent du calcaire Pottia truncata: 19, 20, 23, 37 Sphagnum magellanicum: 8,9,16 Pseudephemerum nitidum: 1, 2, 6, 14, Sphagnum palustre: 1,2,3,7a,8,9, 10, D.) Emsien moyen
21, 22, 23, 27, 30, 31, 39 12, 14,15,16,26,27,28,37 Pseudobryum cinclidioides: 1 Sphagnum rubellum: 7a,8,9,12,16 L'Emsien moyen du bassin de Neufchâteau passe par Witry Pseudocrossidium hornschuschianum : Sphagnum russowii: 8,12 et se dirige vers le nord en direction du grand—duché de Luxem- Sphagnum subnitens: 12,30, bourg. Cette bande est large de 200 à 300 m sur la plus grande Pseudocrossidium revolutum: 6, 8, 19, Sphagnum subsecundum: 16 partie de son parcours. Il s'agit ici de l'assise de schistes et grès Sphagnum teres: 1,16,37 rouges de Winenne. Leur couleur est très variable: rouge, vert Pseudotaxiphyllum elegans: 1,3,6,9,17, Tetraphis pellucida: 3,7a,10,11,12, 14, clair ou bigarré, gris. Ils contiennent quelques quartzites grave- Racomitrium elongatum: 6,12,15, 23, Thamnobryum alopecurum: 23,37 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 30 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 15 leux. Les schistes rouges affleurent et sont donc visibles au nord Ephemerum serratum: 2,5,24 Hypnum lindbergii: 8,21 Ephemerum serratum var. minutissi- Isothecium alopecuroides: 11,33a,34,36 Isothecium myosuroides: 11,15,23,25, Ephemerum serratum var. serratum: 2 29,30,32,33a,34,36,37 E.) Couvinien inférieur ( Co1a. )
Eurhynchium hians: 23,33a,34 Leptobryum pyriforme: 30 Ce dévonien moyen est représenté par l'assise à grauwac- Eurhynchium praelongum: 1, 2, 3, 4, 6, Leptodontium gemmascens: 37 kes de Bure, qui possède des schistes calcarifères verdâtres, 7a, 8, 9,10, 12, 13, 15, 16,18, 19, 20, Leskea polycarpa: 32,37 avec des intercalations de bancs ou de lentilles de calcaire bleu. 21,22,23,25,27,28,29,30,31,33a,34,35, Leucodon sciuroides: 18,26,37 Mnium hornum: 1, 2, 3, 4, 6, 7a, 8, Il se poursuit par des calcschistes et des calcaires cons- Eurhynchium striatum: 10,15,21,23, 9,10,12,14, 15,16,18, 21, 25, 26, 27, truits, pour se terminer localement par un lit de minerai de fer 28, 30, 32, 33a, 34, 35, 36, 37 Fissidens adianthoides: 37 Mnium stellare: 37 d'hui épuisé. Cette assise est entourée par l'emsien moyen, à Fissidens bryoides: 7,19,30,37 Neckera complanata: 36 Fissidens crassipes: 7a, 21 Neckera crispa: 37 l'est de Neufchâteau. Fissidens dubius: 37 Orthodontium lineare: 7a Depuis l'édition des cartes sus-dites, beaucoup de change- Fissidens monguillonii: 32 Orthothecium intricatum: 37 ments ont été effectués. Une synthèse, effectuée par Asselberg- Fissidens pusillus: 3 Orthotrichum affine: 1,5,6,15,19,20, hs ( 1924 & 1954 ) donne les résultats suivants: Fissidens taxifolius: 37 22,23,27,30,32,35,36,38 Fontinalis antipyretica: 3,10,12,21, 23, Orthotrichum affine var. fastigiatum: 1.) Le Siegenien inférieur représenté par les phyllades d'Alle
Funaria hygrometrica: 2,5,6,15,19, 20, Orthotrichum anomalum var. saxatile: ( faciès d'Anlier ) a donné lieu à des ex- Grimmia decipiens: 37 Orthotrichum consimile: 37 ploitations dans les Grimmia montana: 15,19,23,24, 30,32, Orthotrichum diaphanum: 1, 5, 18, 19, régions d'Alle-sur- Grimmia pulvinata: 1,7,19,21,23,24,37 Orthotrichum lyellii: 15,18,19,20,23, Semois, Fays-les- Grimmia trichophylla: 6,7,15,17,19, 26,30,32, 33a,34,35,36,37,38 Veneurs et Grandvoir. Orthotrichum obtusifolium: 26, 37 Gymnostonum viride: 30 Orthotrichum pulchellum: 19, 20, 32, 2.) Le Siegenien
Gyroweisia tenuis: 8,30, Hedwigia ciliata: 6,7,23,30,36,37 Orthotrichum rupestre: 36 Hedwigia stellata: 32 Orthotrichum speciosum: 15,32 par le faciès de Lon- Herzogiella seligeri: 11,13,35 Orthotrichum stramineum: 15,18,33a glier, sur le flanc sud Heterocladium heteropterum: 23,35,37 Orthotrichum striatum: 23,36 Homalothecium lutescens: 7,19,20,30 Orthotrichum tenellum: 5,15,18,19,20, Lavoir sous l' ardoisière de Warmifontaine du bassin de Neufchâ- Homalothecium sericeum: 8,15,18,19, 26,36 teau, comporte des Paraleucobryum longifolium: 33a quartzophyllades souvent gréseux, des quartzites grossiers Hylocomium brevirostre: 3,37 Phascum cuspidatum: 23 micacés et bien Hylocomium splendens: 4,6,10,15,19, Philonotis arnellii: 4,23 d'autres types géologiques. Les bancs fossilifères, très nom- Philonotis caespitosa: 25 breux, sont très calcareux; les couches à crinoïdes sont peu fré- Hypnum cupressiforme: 4,5,6,7,9,10, Philonotis fontana: 2,6,8,10,15,19, 20, quentes. Ce faciès a été très largement décrit par Maillieux Plagiomnium affine: 12,21,26,35 ( 1936 ) qui en a déterminé l'âge et les fossiles qui y furent dé- Hypnum cupressiforme var. filiforme: Plagiomnium ellipticum: 16,21 3,11,12,14,15,18,19,24,30,33a,34,35, Plagiomnium undulatum: 4,6,8, Hypnum jutlandicum: 3, 4, 6, 7a, 8, 9, Plagiothecium curvifolium: 1,2,3,4,10, « Cette bande fort étroite du siegenien moyen, large de moins d'un kilomètre, passe au nord de Warmifontaine, à la fer- Plagiothecium denticulatum: 12, 19, Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 16 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 29 me de Royvaux, à la ferme Papier, au chemin de Tournay, coupe Amblystegium fluviatile: 19,23 Campylopus flexuosus: 7a, 9, 10, 13, la route de Neufchâteau - Recogne, traverse la ligne de chemin Amblystegium riparium: 26 de fer à hauteur de la gare de marchandises de Longlier, passe au Amblystegium serpens: 6, 15, 20, 18, Campylopus introflexus: 3,11,13,37 23, 30, 32, 37, 39 Campylopus pyriformis : 1,7a,12,14 nord de Lahérie, où elle a été redécouverte à Juseret , puis se Amphidium mougeottii: 37 Campylopus subulatus: 8 prolonge vers le nord-est « . Antitrichia curtipendula: 33a,34 Ceratodon purpureus: 1,4,6,7,8,12, 15, Atrichum tenellum: 4 Atrichum undulatum: 1, 2, 3, 4, 6, 8, 9, 36,37,38,39 Eglise et Hopital d'Hamipré ( Frères mineurs Récollets ) 10,12,14,15,20,18,19,21,22,23,25,26,2 Cirriphyllum piliferum: 23 7,28,29,30,31,33a,34,35,36,37,38,39 Climacium dendroides: 2,12,18,23,37 Aulacomnium androgynum: 7a,30,32 Cratoneuron filicinum: 15,21,25,37 Aulacomnium palustre: 6,7a,13,16 Ctenidium molluscum: 37 Barbula convoluta: 5,6,7,8, 12,17,19, Cynodontium bruntonii: 19,23,24,30, Barbula unguiculata: 2,5,6,7,20,19, Dichodontium pellucidum: 37 Dicranella cerviculata: 13 Bartramia ithyphylla: 37 Dicranella heteromalla: 1,2,4,5,6,7a, 8, Bartramia pomiformis: 6,23, 24,30, 36, 9, 10, 11, 12,14, 15,17,18, 19,21, 23, 25,26,27,29,30, 32,33a,34, 35,36,37,38 Brachythecium albicans: 6,7,30,37 Dicranella rufescens: 1,10,14, 21,22, Brachythecium mildeanum: 15,31 Brachythecium rivulare: 4,6,10,15,18, Dicranella staphylina : 30 Dicranella varia: 19,21,37 Brachythecium rutabulum: 3,5,6,7, 8, Dicranelle schreberiana: 37 10,11,15,16,17,18,19,20,21,23,24,27, Dicranodontium denudatum : 3,14,28,37 28,29,30,31,32,33a,34,35,36,37,38,39 Dicranoweisia cirrata: 3,5,6,10, 11,12, Brachythecium salebrosum: 10,33a 3.) Le Siegenien supérieur ( S3 ) comprend, uniquement ici, le
Brachythecium velutinum: 3, 7, 15, 18, 28,29,30,32,35,36,37,38,39 faciès de Neufchâteau. Celui-ci est formé essentiellement de Dicranum bonjeanii: 12 phyllades, régulièrement feuilletés, parfois ardoisiers, bleu noir à Bryoerythrophyllum recurvirostrum: 2, Dicranum montanum: 1,2,3,6,7a,8,10, rares fossiles. Les phyllades ardoisiers ont été exploités vers 8, 15,19,23,30,37 12, 14, 15,21,25, 27, 28,29, 30, 33a,34, Bryum alpinum: 36,37 Cugnon et Herbeumont ( carrières de la Maljoyeuse ) , Neufchâ- Bryum argenteum: 6,7,19,20,22,23,24, Dicranum polysetum: 13 teau, et plus à l'est, à Martelange. Dans la région de Neufchâ- Dicranum scoparium: 2,3,4,6,7a,8,9, teau, selon Parent ( 1956 ) , les ardoises furent exploitées comme Bryum bicolor: 6,19,20,30,33a,34,37 10, 11, 12,14, 15,17, 19, 21, 23, 24, 25, telles, ou en plus gros blocs, comme pierres à bâtir, d'ornement, Bryum caespiticium: 6,3 27, 28, 30, 32, 33a,34, 35,36,37,39 Bryum capillare: 2,6,7,8,15,17,20,18, Dicranum tauricum: 3,7a,11,12,23, 25, 19,23,24,26,30,32,36,37,38 30, 33a,34,35,36,38,39 Bryum pallens: 19, 20 Didymodon fallax: 8,19,21,23,27,37 Bryum pseudotriquetrum: 23,25,31,37 Didymodon rigidulus: 19 Bryum rubens: 23 Didymodon vinealis: 7,8 Bryum ruderale: 19,20,23 Distichium capillaceum: 37 Bryum subelegans: 15,19,20,36,38 Ditrichum cylindricum: 12,21,22,38 Bryum tenuisetum: 2,33a Ditrichum heteromallum: 37 Calliergon cordifolium:1,2,5,6,10, Ditrichum lineare: 22,37 21,22,23 Encalypta streptocarpa: 5, 6, 19, 23, Calliergon giganteum: 6,12,16,18,26,37 30, 37 Calliergonella cuspidata: 2,4,6,8,9,12, Enthostodon fascicularis : 25 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 28 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 17 de pavements, pour effectuer des éviers, des pierres tombales HEPATIQUES
Lophozia sudetica: 17,19 etc… On extrayait à la carrière de Sainte-Barbe, à Warmifon- Aneura pinguis: 3, 37 Lophozia ventricosa: 8,13,23,32 Marchantia polymorpha: 19,21,30 taine, celle de Barville ou d'En Haut et celle des Blancs Cail- Anthoceros agrestis: 31 Marsupella emarginata: 23,30,37 loux ou d'En Bas le long du ruisseau des Gros Cailloux ( erreur: Barbilophozia barbata: 23 Blasia pusilla: 2 Marsupella funckii: 4 des Blancs Cailloux ) , celle du bois d'Ospau, au sud de Neufchâ- Calypogeia fissa: 4,8,9,11,28 Metzgeria fruticulosa: 30,32,37 teau, celle de la Goutte-Magritte, à l'est de Longlier, le long du Calypogeia integristipula: 25 Metzgeria furcata: ruisseau de Mon Idée ( ruisseau des Rebures ) et celle de la Calypogeia muelleriana: Metzgeria temperata: 33a,34,36 Chaud-Renaud, au sud de Longlier, le long de la Vierre ( en ré- 1,3,7a,8,9,10,11,13,26,28,35 Calypogeia neesiana: 12 Nardia scalaris: 4,13,23,37 alité, la Chaurnô, le long du ruisseau de Neufchâteau ) . Cephalozia bicuspidata: Nowellia curvifolia: 10,11,25,35 Toutes ces données étaient déjà reprises par Asselberghs 8,10,11,13,28,35 Odontoschisma sphagni: 8 ( 1924 ) , avec un historique de chaque exploitation. Signalons Cephalozia lunulifolia: 12 Pellia epiphylla: 1,2,3, 7a,8,9, 11,12, 13, 21, 23,25,26,27,28, 29,35, 37 simplement que cet auteur reprend le terme d'ardoisières de Cephaloziella divaricata: Plagiochila asplenioides: 23, 35, 37 Chaud-Renaud ( la Chaurnô ) appelée aussi ardoisières de Lon- Chiloscyphus pallescens: Plagiochila porelloides: 23, 24, 32, 37 glier, très ancienne, déjà exploitée par les moines du prieuré de Ptilidium pulcherrinum: 11 Chiloscyphus polyanthos: 2, 7a, 24,35 Radula complanata: Il signale aussi qu'en face de ce site, sur la rive droite du Conocephalum conicum: 36,37 Riccardia latifrons: 12 ruisseau de Longlier, se voient les restes d'une très ancienne Diplophyllum albicans: 3,4,6,9,11,15,17,18,23,24,25,30,32,35, Riccardia multifida: 3 exploitation, ne comportant qu'une seule chambre. Riccia huebeneriana: 2 Seule l'ardoisière Sainte-Barbe à Warmifontaine, est tou- Diplophyllum obtusifolium: 37 Scapania curta: 4 jours en exploitation. Fossombronia foveolata: 2 Scapania irrigua: 21 Scapania lingulata: 23 L'emsien semble représenté par ses trois strates: Fossombronia wondraczeckii: 4, 8,38,39 Scapania mucronata: 37 4.) Em.1 : un faciès
Frullania dilatata: 6,10,15,18,19,20,23,24,26,30,32,33a, Scapania nemorea: phylladeux, peu im- 6,10,11,23,29,30,35,37 portant, existe dans Frullania tamarisci: 3,11,24,33a,34,37 Scapania scandica: 13 une partie très res- Jungermannia gracillima: Scapania undulata: 1,3,7a,9,10,12,14,21,23,26,28,29,37 serrée du bassin de 1,4,8,11,12,13,21,23,25,29,35,37 Jungermannia hyalina: 37 Jungermannia obovata: 37 Jungermannia pumila: 37 5.) Em.2 : dans la
Lejeunea cavifolia: 23 Lejeunea ulicina: 3,37 concerne, l'assise est Lepidozia reptans: 2,3,10,11,23,28,30,36,37 connue sous le nom Lophocolea bidentata: de « schiste bigarré de Clervaux », cons- titué d'un complexe Ardoisière de La Chaurnô vers 1920 Lophocolea heterophylla: 1,2,3,4, 7a, schisto-gréseux rouge, lie-de- vin, contenant quelques rares bancs de calcaires gréseux. Ils sont abondants vers Sainlez, mais affleurent au nord de Volaivil- Lophozia bicrenata: 19,24 Lophozia excisa: 19,37 Lophozia incisa: 4 Lophozia longidens: 23 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 18 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 27 Abréviations des noms des participants aux excursions
Ainsi que nous le signalons plus haut, la carte géologique Neuf- et colistiers des relevés
château—Juseret ( 1897 ) ne comporte qu'une mince ceinture d'emsien entourant du couvinien inférieur. Asselberghs ( 1924 ) rapporte cette dernière couche à de l'emsien supérieur. : auteur de l'article H. S. : H. Stieperaere 6.) Em.3 : la base de l'assise est un niveau de quartzite blanc,
A. V. P. : A. Vanderpoorten appelé quartzite de Berlé. Celui-ci n'est connu que dans la région d'Ebly et de Traimont, à l'extrémité du bassin de Neufchâteau. L'analyse des fossiles découverts pour la région de Neufchâ- teau a été effectuée par Asselberghs ( 1912 ) , pour Warmifontai- N'oublions pas celles ou ceux cités en début d'article. L'au- ne par Dewalque ( 1890— teur précise que certains colistiers de relevés ont participé à des 1891 ) et pour l'assise de excursions ultérieures à celles indiquées dans le texte , mais Longlier par Maillieux qu'aucune espèce nouvelle ne fut découverte ( sauf en cas de prospections individuelles non connues ) . Dans la liste des espèces qui suit , nous avons indiqué , à côté de chaque taxon , les numéros correspondants aux carrés I. F. B. L. concernés. Ceci réduit considérablement le nombre de pages , comme celles proposées notamment dans les articles sur la Bretagne. . Petit, impri Réserve naturelle de Volaiville 5. Hépatiques et mousses observées ou récoltées

A la page suivante se trouvent les deux tableaux relatifs aux hépatiques et aux mousses observées et récoltées dans la région de Neufchâteau. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 26 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 19 Nous souhaitons ici après livrer un travail non publié par L. Evrard ( < ) & A. Fraselle. Etant donné l'importance de cette pu- 19. K7.51.23 : Longlier , près du carrefour des routes de Bastogne blication, demandée tant par les historiens, géologues, botanis- et de Martelange , 1988 , P. D. Z. & C. B. tes, ou simples naturalistes chestrolais, nous demandons au lec- 20. K7.51.12/23 : Longlier , r. face au Centre Nature et Biologie , teur de ne pas nous en vouloir de donner moults détails géologi- ques. Nous livrons donc, in extenso, ce que deux naturalistes 21. K7.51.24 : Longlier , r. des Rebures , 1983 & 1996 , P. D. Z. chestrolais avaient prévu de publier depuis de très longues an- 22. K7.51.31 : Neufchâteau , marécages et pâtures , 1996 , D. E. nées. Ce texte concerne le Siegenien moyen. 23. K7.51.32 : Neufchâteau , v. r. Neufchâteau et site de la Chaurnô , 1988 & 1989 , P. D. Z. & P. Heuschling ; 1988 , P. D. Z. , C. B. & B. O., 2002, P.D.Z. Découvertes étonnantes près de Longlier
24. K7.51.33 : Neufchâteau , autour du lac et environs , 1988 , L. Evrard ( < ) & A. Fraselle ( 2 ) 25. K7.51.34 : Neufchâteau , sentier nature et bois d'Ospau , Le creusement de l'autoroute Bruxelles-Arlon-Luxembourg 26. K7.52.43/44 : Hamipré , Nanmoussart , moulin de Lundifontai- aura eu un effet positif immédiat. Il vient de mettre fortuite- ment à jour une couche de roches schisteuses contenant des mil- 27. K7.53.31 : Ebly , s. r. Claire Eau , 2001 , P. D. Z. & H. P. lions de fossiles, c'est à dire des empreintes laissées dans la roche 28. K7.53.33 : lim. Ebly - Léglise , r. de Claire Fagne , 1983 , par des êtres végétaux ou animaux, ayant vécu voilà des millions 29. K7.54.32 : Witry , r. affl. de la Basseilles , 1983 , P. D. Z. Les premiers âges de la terre, puis de la vie, cela fait fris- 30. L6.18.12/14 : Warmifontaine , r. de Neufchâteau , Grotte sonner l'homme qui est un nouveau-né par rapport à ces temps N.D. de Lourdes + ardoisières 1989 & ante-diluviens… Rappelons que la vie sur terre est apparue… dans 31. L6.18.22 : Grapfontaine , Montplainchamps , marais , 1991 la mer lors du système précambrien, voilà 3.500 millions d'an- nées. Dans les couches formées à cette époque, on trouve déjà 32. L6.18.31 : Straimont , vers Menugoutte , 1996 , P. D. Z. & des fossiles d'algues, de bactéries,… 33. L6.18.34 : Straimont , bords route Florenville , 1987 , Le synclinal de Neufchâteau: une terre très, très ancienne. Si le sous-sol de Neufchâteau ne peut prétendre à un tel 33a. L6.18.41 : Grapfontaine , v. r. de la Scierie , 1990 , P. D. Z. âge, il est cependant un des plus vieux de notre pays. On vient 34. L6.18.43/44 : Grapfontaine , Montplainchamps , bords route d'y découvrir des fossiles du système dévonien, plus exactement nationale , 1990 , P. D. Z. du siegenien moyen, de plus ou moins quatre cent millions d'an- 35. L6.27.22 : Straimont , rive droite de la Vierre , 1990 & 1995 , nées. C'était le plein milieu de l'ère primaire ou paléozoïque qui a duré 375 millions d'années. A titre de comparaison, signalons 36. L6.28.11 : id. , 1990 , P. D. Z. que la période carbonifère pendant laquelle se formèrent les 37. L6.28.12/14 : Straimont , le Fréti , 1989 , P. D. Z. , A. & O. S. couches de charbon sont plus récentes de 80 millions d'années. 38. L7.11.31/32 : entre Molainfaing et le Sart , 1989 , P. D. Z. Il est encore trop tôt pour préciser le nom des multiples espèces 39. L7.12.12/14 : Hamipré , Marbai , 1989 , P. D. Z. qui peuplaient cet endroit à cette époque. Le livre « Terre A. Fraselle, Les Calvaires, 7—6840 RESPELT ( Longlier, Neufchâteau ). Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 20 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 25 4. Liste des carrés I. F. B. L. prospectés et les localités concer-
nées.
1. K6.43.41 : Nollevaux , étang des Canes , 1965 &1989 , P. D. Z.
Ce site , quoique distant de plus de 20 km du centre de Neufchâteau, a été repris dans cet article pour son intérêt bryologique. 2. K6.47.13 : Rossart , vers et à Luchy , 1980 , P. D. Z. ( id. ) . 3. K6.47.43 : Grandvoir , petite Huqueni , v. Pré du Foi , 1995 , 4. K6.48.33 : Grandvoir , nord de l'ancien bassin de natation , 5. K6.58.33 : Petivoir , r. de Rosière , 1990 , P. D. Z. 6. K6.58.43 : Neufchâteau , r. des Blancs Cailloux , 1989 & 1996 , 7. K6.58.44 : Neufchâteau , chemin de Warmifontaine et bords de route vers Malonne , 1988 , P. D. Z. & C. B. 7a. K7.31.34 : Sainte-Marie - Chevigny, sources r. Banibois, 1996, 8. K7.31.43 : Sainte-Marie - Chevigny , Bernimont , s. r. fagne de de Neufchâteau « de Geubel et Gourdet ( 1956 ) nous précisait la Raine , 1993 , stage de bryologie. voilà quelques 45 ans qu'on avait découvert des fossiles identi- 9. K7.32.34 : Juseret , Bercheux , vers la Voie Pierre , 1995 , ques quand la gare de Longlier fut aménagée. Or, la ligne de che- min de fer fut construite en 1854. Il semblerait qu'on en ait aussi 10. K7.41.12 : Sainte-Marie - Chevigny , Bernimont , v. Banibois , découvert en face de l'orphelinat de Longlier. Il s'agit de la mê- me strate, assez étroite puisqu'elle ne mesure qu'une quarantai- 11. K7.41.13 : Longlier , Tronquoy , bois de hêtres , 1988 , P. D. ne de mètres de large où L. Evrard a découvert le gisement. E l - le n'apparaît pas naturellement en surface.
12. K7.41.21 : lim. Respelt - Bernimont , r. fagne de la Raine , Cette couche est formée d'un schiste fortement altéré en surface, de teinte brun rouille et riche en fossiles à certains en- 13. K7.42.12 : Juseret , Bercheux , Voie Pierre , 1996 , P. D. Z. & droits. En 1905, on avait distingué à Longlier d'innombrables ty- pes de crinoïdes , des polypiers, des valves de brachyopodes ( Spi- 14. K7.42.12 : Juseret , Bercheux , r. de Molinfaing , 1995 , rifer ) et des lamellibranches. Une lettre de 1939 parle de « schiste grauwacke » connu à 15. K7.42.34 : Longlier , entre Lahérie et Massul , 1990 , P. D. Z. Longlier, roche fossilifère: lamellibranches; Pterinea sp. et pygi- 16. K7.44.31 : Witry , Volaiville , rés. R. N. O. B., 1988 , P. D. Z., dum de trilobite; cfr. Astéropyge. Nous y avons découvert aussi des algues et des coraux… 17. K7.44.41 : Witry , Volaiville , anc. carrière , 1989 , P. D. Z. & Ces fossiles sont tous marins: déduisons-en donc que la mer recouvrait notre région avant qu'un soulèvement ne vienne for- 18. K7.51 13/14 : Neufchâteau , v. Grand Vivier , 1990 , P. D. Z. ; mer l'Ardenne. Il s'agit du soulèvement hercynien qui a succédé id. , tilleuls le long de la route vers la gare. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 24 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 21 au soulèvement calédonien. Pour les profanes, ajoutons que les Quelle merveille que de penser que l'espèce humaine qui allait grands reptiles du Secondaire, par exemple les iguanodons de Ber- bondir comme un diable hors d'une boîte, quelque 400 millions nissart, dans le Hainaut, n'apparaîtront que 275 millions d'années d'années après, existait déjà à l'état de « devenir » à l'aube de la Reconstituer une vie disparue La paléontologie ou l'étude des fossiles permet d'imaginer l'incroyable diversité des formes de vie qui ont disparu ou qui ont évolué ou même qui n'ont pas changé depuis des millions d'an-nées. On a pu ainsi suivre, entre autres, l'évolution du cheval qui n'était qu'un petit chien à 5 doigts, voilà 50 millions d'années. Les blattes, par contre, sont toujours les mêmes. On trouve aussi, mais plus rarement, des fossiles de plan- tes:algues, mousses, fougères,… Plus l'être vivant est mou, moins il a de chances de laisser de traces sur terre. La plupart des fossiles consistent en empreintes ou moulages de l'être mort. L'animal a été peu à peu remplacé par une substance minérale. Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 22 Nowellia bryologica n° 22 / 2002 page 23

Source: http://www.nowellia.be/download/revue%20nowellia/Binder%2022.pdf

mercyangiography.co.nz

Coronary angiography and Percutaneous Coronary Intervention (PCI) A patient's guide What is coronary angiography? What does coronary angiography show? Coronary angiography is an x-ray examination of the coronary arteries which are the tubes a few millimetres wide that lie on the outside surface of the heart, taking blood to the heart muscle. Just as an engine needs petrol, the heart needs blood to do its job of pumping blood around the body. Slow build-up of fatty plaque within the artery wall can cause the artery to narrow, leading to reduced

kznathletics.co.za

ATHLETICS OMNIBUS - ILLEGAL SUBSTANCES IN SPORT From the Boland Athletics website: www.bolandathletics.com THE USE OF PROHIBITED SUBSTANCES IN SPORT A PROHIBITED CLASSES OF SUBSTANCES The International Association of Athletics Federations (IAAF) rule 144 states clearly that any method used to enhance performance artificially is illegal.