Marys Medicine

Edc7b.qxd



Traitements anti-parasitaires du bétail,
insectes coprophages & chauves-souris
Avertissement :ce dossier complexe,sujet très controversé au sein de la communauté des scientifiques,spécialistes du sujet,n'a qu'un seul
objectif,celui de vous apporter un maximum d'informations sur la problématique «traitements anti-parasitaires».Les solutions proposées sont donc à prendre avec beaucoup de précautions (notamment sur les produits en raison d'une réglementation extrêmement changeante !) et demandent une adaptation à la région géographique.En attendant,bonne lecture .
Ce dossier émane d'une synthèse réalisée par le Groupe
Le Grand rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum
Mammalogique Breton dans le cadre d'un "Contrat
Nature pour l'étude et la sauvegarde des populations de
Grands rhinolophes du bassin versant de la Rade de
Brest", programme pluriannuel (2001-2004). Complétée
par des expériences menées en Limousin, par le
Conservatoire des Espaces Naturels, et en Franche-
Comté, par la Commission de Protection des Eaux, cette
synthèse fait le point sur le sujet en essayant d'être le plus

D'après des études de régime alimentaire menées dans le sud- exhaustif avec les éventuelles incidences des traitements
ouest de l'Angleterre,la Suisse et le Luxembourg (GRÉMILLET et antiparasitaires du bétail sur les insectes disponibles pour
coll., 1999), le régime alimentaire du Grand rhinolophe se les chauves-souris, et plus particulièrement les Grands
rhinolophes, consommateurs d'insectes coprophages des
Genre ou Famille % volume Commentaires importance vitale,en été et à proximité des Depuis plus de 15 ans, les incidences des traitements
gîtes de reproduction, de l'abondance des Aphodius.Ces insectes coprophages,liés à la présence de bovins,constituent la base de antiparasitaires du bétail sur les populations d'invertébrés
surtout au printemps et en automne alarment les scientifiques, particulièrement ceux à base
Tipulidés et Muscidés Tipulidés toute la saison,Muscidés en automne d'ivermectine. De nombreuses études ont été menées sur
ce sujet aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne,
au Danemark,en Australie,en France,en Espagne.,mais

Parmi ces proies, les Coléoptères sont les proies susceptibles très peu évoquent les incidences sur les prédateurs de
de subir les éventuelles conséquences des vermifuges (en rai- son de leur développement lié aux excréments - dans les bouses,les oeufs sont pondus,les larves se développent,et les I. La faune coprophage :
adultes viennent se nourrir -).Seuls les hannetons ont un stade larvaire dans le sol, mais les adultes se nourrissent d'excré- des prairies et source de
ments et en nourrissent aussi les larves.
Deux périodes de l'activité de l'espèce sont particulièrement dépendantes des coléoptères coprophages :d'une part la fin de - les coléoptères coprophages la gestation et le début de la lactation des femelles (juin), et contribuent à enfouir les excréments dans le sol et en débar- d'autre part l'émancipation des jeunes (août). Les femelles rassent la surface. Ils diminuent ainsi les refus (plantes alourdies comme les jeunes inexpérimentés se spécialisent en délaissées par les animaux car situées au-dessus de leurs propres effet sur les proies les plus rentables et faciles à capturer.
déjections), tout en enrichissant les horizons supérieurs du sol.
D'autre part, ces traitements biocides affectent aussi les - les galeries excavées dans les bouses servent ensuite de voie diptères coprophages et donc pourraient avoir des consé- de pénétration pour de nombreux micro-organismes décom- quences pour le Petit rhinolophe et le Murin à oreilles échan- poseurs (dont les champignons mycéliens et les bactéries).
crées,espèces de chiroptères capturant notamment ces proies.
- l'entomofaune des excréments (diptères, coléoptères.) des conséquences sur la santé humaine.
détruit une partie des oeufs de parasites (LUMARET,1986).
Les éleveurs ont donc massivement recours au déparasitage, - cette entomofaune particulière est exploitée par de nom- d'autant plus que la plupart ont choisi des races productives breux prédateurs spécialisés (Grand rhinolophe, Chevêche mais fragiles,dans un système intensif qui aggrave rapidement le moindre problème.
2.Une obligation légale II.Pourquoi déparasiter les animaux ?
Un plan national de lutte contre le varron est mis en place 1. Une pratique essentiellement dictée par des contraintes depuis plusieurs années. L'Arrêté ministériel du 4 novembre 1994,qui a pris effet au 1er juillet 1998,rend obligatoire l'éra- La présence de parasites peut entraîner de nombreuses dication du varron pour tous les détenteurs de bovins,et pré- conséquences sur les animaux,tels que toux ou diarrhées, et conise l'utilisation d'organo-phosphorés ou de vermifuges induit des pertes économiques pour l'éleveur :baisse de ren- endectocides, parmi lesquels l'ivermectine. Dans de nom- tabilité due à une croissance ralentie, à une production breuses régions françaises,ce plan ne s'applique plus en raison moindre de viande ou de lait,à une détérioration du cuir due de l'éradication du varron (à l'exception d'éventuels déparasi- au varron, morbidité. Une viande parasitée peut aussi avoir tages d'animaux venant d'autres régions ou pays !).
L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 Les agriculteurs biologiques et certains scientifiques comme Les autres usages de l'ivermectine
Th.Lecomte s'opposent à cette réglementation.Selon eux,les - elle est incorporée à la nourriture de saumons d'élevage en parasites, éléments de la biodiversité, méritent d'exister au Écosse, contre les infestations par les "poux de saumon".
même titre que l'Homme, comme ils l'ont d'ailleurs toujours Tombée au fond de l'eau dans les fécès et les aliments non fait.Une cellule de réflexion sur le plan varron national alter- consommés, elle s'y accumule et fait des victimes chez les natif, à laquelle a participé la Commission Environnement de petits crustacés et mollusques (GRANT & BRIGGS,1998a & b) la SNGTV (Société Nationale des Groupements TechniquesVétérinaires) préconise plutôt une surveillance régulière des - elle est aussi utilisée pour les humains, en Afrique notam- élevages biologiques, au champ, animal par animal, et un trai- ment, dans le cadre de la lutte contre l'onchocercose oculai- tement à l'eau oxygénée en cas de besoin.
re, maladie véhiculée par un parasite tropical inféodé aux Enfin, la Société Française pour l'Étude et la Protection des cours d'eau et entraînant la cécité. Cet usage n'est bien sûr Mammifères (S.F.E.P.M.) conteste aussi l'obligation légale avec remis en cause par aucune des études consultées.
l'adoption d'une motion, à son assemblée générale du 15  Ses nouveaux concurrents :autres avermectines et mylbé- octobre 2000, demandant notamment que l'Union Européenne établisse une limite maximale de résidus pour L'abamectine et la doramectine,appartenant aussi à la famille l'ivermectine et que les ministères de l'Agriculture,de la Santé des avermectines, et la moxidectine, appartenant à la famille et de l'Environnement mettent en oeuvre une étude sur le des milbémycines (lactones macrocycliques de 2ème généra- risque sanitaire et écologique lié à l'usage de l'ivermectine.
tion) sont les principaux concurrents à l'ivermectine. La plu-part des auteurs concluent à des incidences moindres de ces III Les différents antiparasitaires utilisés
produits sur l'entomofaune.
1.Avant l'ivermectineAvant sa mise sur le marché en 1981,une série de vermifuges Mais ils restent moins utilisés que l'ivermectine, entre autres se sont succédés, parmi lesquels les organochlorés (dichlor- parce cette dernière présente le temps d'attente le moins vos.) et les organo-phosphorés.Les Benzimidazoles (Panacur long pour la consommation de la viande.L'ivermectine repré- ND par exemple), Imidazothiazoles, Tétrahydropyrimidines, sente de ce fait un intérêt économique non négligeable sur Salycylaniides sont d'autres groupes chimiques se déclinant en une exploitation.
nombreux produits vermifuges.
Les incidences des vermifuges sur la faune non-cible ne sont IV Les problèmes liés au déparasitage en général et à
pas une nouveauté introduite par l'ivermectine.La phénothia- l'ivermectine en particulier
zine, le coumaphos, le ruélène, la piperazine, l'albendazole et 1.Problèmes généraux posés par le déparasitage le dichlorvos ont eu aussi des effets nocifs reconnus sur les  Risques pour la faune non-cible coprophages (ces produits ont été remplacés par l'ivermectine !).
Les études comparatives menées par les différents auteurs 2.Les avermectine et les mylbémicines montrent qu'aucun produit n'est vraiment dépourvu d'inci- Ce sont les vermifuges les plus récents et les plus utilisés à dences sur le développement des coléoptères et des diptères l'heure actuelle.Ils ont des spectres larges (et voisins) :ils sont liés aux excréments. Les risques que font courir les vermi- dirigées à la fois contre les parasites internes et externes des fuges (dont l'ivermectine) sur les insectes non-cibles sont un mammifères (strongles gastro-intestinaux et respiratoires, var- problème de plus en plus pris en compte. La Directive européenne 93/40/CEE subordonne maintenant les autorisa-tions de Mise sur le Marché (AMM) des produits vétérinaires Elle appartient à la famille des avermectines, lactones macro- à une étude préalable de leur impact sur la faune non-cible.
cycliques de première génération. Mise sur le marché en  Délais d'attente pour la consommation de la viande 1981,elle a révolutionné le traitement vermifuge par son effi- Le délai d'attente viande n'induit pas de pertes économiques cacité. En 1996, c'était le premier médicament vétérinaire pour les éleveurs sauf en cas d'abattages pour cause d'acci- vendu dans le monde. C'est un antiparasitaire particulière- dents.Le délai d'attente de l'ivermectine est d'ailleurs légère- ment puissant à très large spectre.Elle se décline en de nom-breux produits vétérinaires pour équins, bovins, ovins, petits Actualités sur l'Autorisation de Mise sur le Marché
ruminants porcs.,et plusieurs voies d'administration : Le 25 mars 2002,en page 1658 du JOAN Q (rép.min.n°64990),le - pâte orale ou buvable, Ministre de l'Environnement répondait à un parlementaire attirant - injection sous-cutanée, l'attention du ministre sur les menaces pesant sur les coléoptères - "pour on" :liquide à verser sur la ligne de la colonne verté- coprophages en raison des traitements vermifuges destinés au brale de l'animal, bétail tel que l'ivermectine.
- bolus (= introduction dans le rumen des jeunes bovins d'une Le ministre précisait notamment que l'ivermectine avait obtenu une cartouche qui relargue en permanence son principe actif).
autorisation de mise sur le marché avant la transposition de la Le succès mondial de l'ivermectine peut être expliqué par son directive européenne 93/40/CEE.Les dossiers d'écotoxicologie ont efficacité à faible dose et sur une longue période, par son été soumis à l'AFSSA qui a procédé à leur évaluation.La discussion spectre exceptionnellement large, et du fait de son autorisa- en commission d'autorisation de mise sur le marché est prévue au tion de mise sur le marché, plus ancienne que celle de ses plus tard pour le mois d'avril 2002 !.Mars 2003 :toujours en cours de finalisation à l'AFSSA et sera présenté normalement durant l'année 2003 ! L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 ment inférieur à celui de ses nouveaux concurrents (35 à 42 Une autre substance, l'éprinomectine, appartenant à la même jours),élément jouant en sa faveur.
famille thérapeutique,possède en revanche une limite maxima-  Un lien avec l'encéphalopathie spongiforme bovine ? le de résidus pour le lait de 20 g/kg. L'AFSSA demande au ministère de l'Agriculture de faire respecter les indications pré- URDEY (1996) a soulevé l'hypothèse d'un lien entre les traitements aux organo-phosphorés dans le cadre de la lutte cisées par l'autorisation de mise sur le marché de ces produits.
contre le varron au Royaume-Uni et la maladie de la vache Des études sont en cours,sous l'égide de l'Union Européenne.
folle,par modification biochimique des prions.Par analogie,la Diverses études ont été menées en Europe,aux États-Unis et question d'un lien entre l'ivermectine et le développement de en Australie,dans lesquelles l'ivermectine a été comparée avec cette affection du système nerveux central a également été d'autres vermifuges : moxidectine (Cydectine), abamectine, posée. L'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des doramectine, fenbendazole (Panacur) etc. La plupart des Aliments), consultée entre autres à ce sujet en juillet 2000, a auteurs comparent trois types de bouses : traitées à l'iver- répondu qu'en l'état actuel des connaissances,rien ne permet mectine,traitées avec un autre produit,et bouses témoin.
de soutenir une telle hypothèse, ni pour les organo-phos-phorés ni pour l'ivermectine (A Avant de présenter leurs résultats, une mise en garde doit FSSA, 2000).
être apportée quant aux deux problèmes d'interprétation 2.Facteurs aggravant les incidences des antiparasitaires qu'elles soulèvent : - Les antiparasitaires sont appliqués au moment où l'activité et - certaines études sont commandées par l'un des laboratoires la reproduction des insectes est maximale,ce qui en augmen- concernés,dans un contexte de guerre commerciale.
te les dégâts sur la faune non-cible.Mais il est assez délicat de Que penser alors de l'objectivité des conclusions ? préconiser d'autres périodes de traitement aux éleveurs, les - elles sont menées sur quelques espèces de coprophages.
périodes à risques coïncidant avec les phases de reproduction Comment en tirer des conclusions sur les milliers d'espèces des insectes.
coprophiles,et a fortiori sur leurs prédateurs vertébrés ? - Le déparasitage,mal maîtrisé,peut empêcher le développe- ment des défenses immunitaires des animaux qu'ils auraient Plusieurs grandes lignes ressortent tout de même de
acquise en ayant été contaminés au moins une fois.
ces études :
- De nombreux parasites s'adaptent génétiquement aux vermi-  L'ivermectine affecte le développement des larves d'insectes
fuges.Les oeufs et larves sont expulsés dans les fèces,recon- Les diverses espèces d'insectes en subissent différemment les taminant les prairies,et incitant l'éleveur à re-vermifuger,et à effets : celles dont les larves se développent dans les excré- entrer dans un véritable cercle vicieux du déparasitage.
ments (certains coléoptères et diptères) sont les plus affectées.
L'ivermectine présente ces inconvénients,communs à tous les Si les adultes de coléoptères et de diptères étudiés semblent antiparasitaires, tout en étant soupçonnée d'entraîner des relativement peu affectés par le traitement, les larves subis- conséquences particulièrement graves sur la faune non-cible.
sent en revanche des conséquences graves : la présence
d'ivermectine dans les bouses entraîne une absence d'é-
3.Les inquiétudes particulières soulevées par l'ivermectine mergence des diptères (les plus touchés) pendant plusieurs
Le cas de l'ivermectine sera traité tout particulièrement, non semaines suivant l'administration du produit. Les larves de
seulement parce que ce produit a pris une place considérable coléoptères réapparaissent à partir du 21ème jour, mais en
sur le marché,mais aussi du fait de la polémique actuelle à son quantités très faibles, et 42 jours après le traitement, les sujet, et de l'abondante littérature disponible. L'ivermectine bouses des animaux traités en contiennent encore beaucoup entraîne les conséquences «habituelle» des antiparasitaires (cf. moins que les bouses témoins (WALL & STRONG, 1994, § précédent),mais elle soulève aussi des problèmes spécifiques.
étude menée sur les Aphodius). En comparaison, les bouses Elle agit à faible concentration et sa rémanence dans l'orga- des animaux traités à la moxidectine (Cydectine) ou au fen- nisme permet la protection de l'animal pendant plusieurs bendazole (Panacur), par exemple, retrouvent plus rapide- semaines. Cette caractéristique entraîne de graves consé- ment un nombre de larves de coléoptères équivalent à celui quences pour la faune non-cible des pâturages,la majeure par- des animaux témoins.
tie du produit étant éliminée sous sa forme active (en moyen- Si les larves de coléoptères semblent réapparaître plus rapi- ne 70% du produit administré !) pendant plusieurs semaines dement,elles sont en fait dans l'impossibilité de se développer dans les fèces des animaux.
: l'ivermectine affecte non seulement leur bouche, les empê- Le plan national de lutte contre le varron préconise d'utiliser chant de se nourrir, mais elle bloque aussi la neurotransmis- l'ivermectine, produit dont l'autorisation de mise sur le mar- sion (entre les neurones moteurs et les organes) et la repro- ché ne correspondait pas à cet usage, et repose sur l'utilisa- duction, pendant au moins quatre semaines après le traite- tion de microdoses (200 g/kg,soit,en pratique,0,1 ml),c'est ment.Ce sont les effets sub-létaux.
à dire 100 fois inférieure aux doses thérapeutiques.Or,aucu- Selon LUMARET (2002), la moxidectine est beaucoup moins ne étude n'a déterminé les conséquences éventuelles de cette toxique pour les invertébrés non-cibles, particulièrement microdose (accoutumance de certains parasites notamment).
pour les diptères,et elle n'affecte ni la fécondité ni le taux d'é-mergence des scarabéidés coprophages.
Face à toutes ces inquiétudes soulevées par les scientifiques,l'AFSSA (2000) a rendu un avis soulevant la question de la La plupart des auteurs ont donc montré les effets
microdose et remarquant en outre qu'aucune limite maxima- sub-létaux de l'ivermectine sur les larves de
le de résidu n'a été déterminée pour la consommation du lait.
coléoptères et de diptères étudiés, affectant la nutri-
L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 tion et la reproduction et condamnant donc plusieurs
V Comment minimiser les atteintes à l'environne-
ment des traitements vermifuges ?
 L'ivermectine affecte la décomposition des excréments
Si les insectes coprophages disparaissent,les excréments sont Même si l'interprétation des études évoquées précédemment décomposés plus lentement, entraînant ainsi l'augmentation est difficile, et puisqu'on ne pourra jamais connaître les inci- des refus et donc la diminution des surfaces pâturables.W dences de l'ivermectine sur l'ensemble de la faune coprophi- le, c'est le principe de précaution qui doit l'emporter. Pour TRONG (1987) ont montré que même 100 jours après le traitement (début juin en Angleterre), les bouses sont quasi- minimiser les atteintes à l'environnement, l'éleveur peut soit ment intactes, avec seulement un peu d'érosion sur les mieux utiliser l'ivermectine,ou mieux,il peut se tourner vers des produits de substitution. Mais c'est surtout grâce à cer- UMARET (1986), les organismes coprophages (coléoptères et diptères) jouent un rôle indispensable en taines pratiques agricoles qu'il luttera le plus efficacement enfouissant chaque année des millions de tonnes d'excré- contre les parasites. Bien souvent, les conseils du vétérinaire ments qui mettraient sans eux,selon les climats et les saisons, prescripteur, qui connaît l'épidémiologie des parasitoses, les huit mois à quatre ans à disparaître.
données environnementales et les animaux à protéger,ont ungrand rôle à jouer dans la gestion globale du parasitisme.
L'exemple de l'Australie illustre parfaitement ce rôle
1. Mieux utiliser l'ivermectine Le manque de coprophages adaptés aux excréments des  bien choisir la voie d'administration du produit,en évitant bovins importés d'Europe y a entraîné la perte de 10 000 km2 particulièrement le bolus.
de pâtures par an. S'en est suivi un programme de réintro- - Le bolus intestinal (formulation aqueuse), qui contient duction d'une cinquantaine d'espèces de coléoptères, qui a 1,72 g d'ivermectine et qui en libère 12,7 mg/jour pendant duré 15 ans et a coûté près de 2 milliards de francs.
135 jours (plus de 4 mois !) est le mode d'administration le Mais l'Australie est un cas extrême, et, selon d'autres
plus dangereux pour la faune des invertébrés coprophiles, auteurs (WRATTEN et al., 1993), le rôle de décomposeur des tant par la durée d'action du traitement que par la concen- coprophages doit être relativisé en fonction des climats.Sous tration du produit dans les bouses. Il n'a fait l'objet d'aucu- un climat tempéré, les insectes jouent un rôle modéré, com- ne étude d'impact préalable à sa mise sur le marché.
parativement aux autres facteurs, qu'ils soient climatiques - Le «pour on» est lui aussi relargué pendant une longue (lumière et pluie) ou biologiques :oiseaux ou mammifères à la période :il doit traverser la peau et passer dans le sang pour recherche d'insectes. Selon LUMBRERAS & GALANTE (2000), le être actif.
problème est très probablement géographique : - En injection sous-cutanée ou solution buvable,la persistan- si en zone méditerranéenne, les coléoptères coprophages ce de l'ivermectine dans le plasma de l'animal est relative- sont les principaux agents de la disparition des excréments, ment courte,avec une demi-vie de 8,3 jours.
en zone tempérée ils ne participent qu'à 5% du processus.
 Les voies sous-cutanée et surtout orale semble-
raient les moins nocives. Elles entraînent malheureu-
Les incidences de l'ivermectine sur la vitesse de
sement des manipulations plus contraignantes pour
décomposition des bouses est donc à relativiser for-
tement en fonction des climats.
 bien choisir la période et le lieu du traitement  Incidences sur les milieux aquatiques
La vitesse de dégradation du produit dépend de la saison.
Les inquiétudes des scientifiques concernant les incidences de Ainsi, sa demi-vie est de 90 à 240 jours en hiver contre seu- l'ivermectine sur les milieux aquatiques et sur la faune d'eau lement 7 à 14 jours en été (HALLEY et al., 1989).
douce,comme le crustacé Daphnia magna et le poisson Salmo L'ivermectine est sujette à la photodégradation : sa demi-vie gairdneri (HALLEY et al., 1989) ne sont pas démenties par les est de 3 heures seulement quand les bouses sont exposées laboratoires,qui préconisent dans les notices d'utilisation des aux rayons du soleil en film fin sur une vitre.
produits de ne pas les utiliser à proximité des cours d'eau !  Le traitement est à éviter en saison froide et sèche.
 Les facteurs aggravant l'incidence de l'ivermectine
- les différents auteurs ont montré que les effets de l'ivermecti- Concernant le problème des chauves-souris et en par-
ne sur les organismes coprophages non-cibles sont renforcés ticulier du Grand rhinolophe, d'autres périodes peuvent
par l'attractivité supérieure des bouses des animaux
présenter des risques : - le printemps,où la reproduction d'insectes est maximale, - de plus,les insectes colonisent les bouses pendant les jours de - chez les Grands rhinolophes, les naissances ayant lieu vers libération maximale des substances antiparasitaires,c'est à dire la mi-juin, toute la période de fin de gestation et de début les jours 3,4,et 5 après le traitement.
d'allaitement est à proscrire (les femelles,alourdies,se spécia- - l'AFSSA (2000) n'a pas noté de résistance parasitaire et de bais- lisent sur les proies rentables du type bousier), particulière- se d'efficacité de l'ivermectine, utilisée depuis plus de dix ans.
ment dans un rayon de 4 km autour des gîtes de mise bas, Ceci n'a pas non plus été remarqué par des Vétérinaires de ter- - en août, les jeunes fraîchement émancipés chassent essen- rain comme le Dr Joncour en Bretagne.Mais ce n'est pas l'avis tiellement les bousiers, dans un rayon d'1 km autour des de M.Alvinerie (INRA) qui a remarqué un début de résistance gîtes de reproduction.Cette période est donc aussi à éviter de certains nématodes au produit, à cause d'utilisations abu- dans un tel rayon autour des sites connus, sives.Cette résistance a été observée chez la chèvre pour l'ins- - en automne, ce sont les bousiers qui constituent la proie tant,mais elle pourrait se propager,selon lui,aux bovins.
principale,parmi les coléoptères.
10 L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7


La période, théoriquement la plus acceptable pour traiter, polémique concernant la microdose,évoquée précédemment.
serait pour notre pays situé en zone tempérée en hiver.Mais Mais avant de respecter les doses, il serait profitable pour les éleveurs le font logiquement à la mise à l'herbe et pendant l'animal de le laisser développer son immunité acquise :le
la saison de pâture, ainsi qu'au tarissement des vaches lai- laisser se contaminer une fois lui permettrait de fabriquer lui- tières,au moment où les parasites - et les insectes non-cibles même ses propres anticorps,et pourrait ainsi limiter les trai- - font leur apparition. Les dates de mise à l'herbe étant très tements ultérieurs en le rendant plus solide.
différentes d'une année à l'autre et d'une exploitation àl'autre, les bouses sont susceptibles d'être contaminées de  Une utilisation plus raisonnée de l'ivermectine,
mars à août.
voire une alternance avec d'autres, pourrait être un
début de lutte contre les effets néfastes du produit,

 L'utilisation de l'ivermectine semble donc présen-
parmi lesquels l'accoutumance des parasites.
ter un risque pour le Grand rhinolophe tout au long
de sa période d'activité. Ses incidences sont encore

2. Utiliser des produits de substitution ou des produits de plus graves en juin (dans un rayon de 4 km autour du
l'agriculture biologique gîte) et en août (dans un rayon d'1 km), mais étant
 Produits de substitution donné l'échelonnement des naissances,celui des trai-
L'ivermectine est le produit semblant avoir le plus d'inci- tements dans les différentes exploitations et la réma-
dences sur les insectes coprophages.Le remplacement par un nence du produit, toute la période allant (au moins)
autre produit irait donc dans le sens de la protection des de juin à août est à éviter, au moins à proximité des
insectes non-cibles et de leurs prédateurs.
Sur ce principe,dans le cadre de réflexions menées pour des  éliminer l'ivermectine des milieux les plus fragiles documents d'objectifs en Limousin et en Franche-Comté,des Dans les espaces protégés,où le pâturage est utilisé pour aug- premières pistes ont été flêchées sur des produits éventuels menter la diversité biologique,le traitement du bétail à l'iver- de remplacement pour les bovins à viande et sur les efficacités mectine pourrait avoir les effets contraires,anéantissant ainsi des produits proposés (cf. Tableau 1 - page 12).
tous les efforts. Dans le Marais Vernier, les herbivores nesubissent aucun traitement,et ne connaissent pourtant aucun  Quel que soit le produit choisi, il conviendra de
problème de parasitisme. Ils peuvent ainsi pleinement jouer déterminer des périodes d'utilisation qui soient compa-
leur rôle sur la biodiversité (LECOMTE,1998).
tibles à la fois avec les insectes non-cibles et leurs pré-
dateurs,et à la fois avec les cycles des parasites visés.

Autour des colonies de mise bas du Grand rhinolophe,le trai-tement du bétail,présent dans les parcelles comprises dans unrayon de 4 km,doit se faire avec précaution.
Une expérience a été menée dans le sud-ouest de l'Angleterre,où une liste de produits alternatifs à l'ivermectine a été fournieà tous les éleveurs situés dans un rayon de 4 km autour desgîtes de reproduction des Grands rhinolophes. La protectiondes chauves-souris est même une mesure qui permet à cer-tains éleveurs de bénéficier de subventions du gouvernement.
 Dans les zones naturelles d'intérêt
majeur, de même qu'autour des colonies de
mise bas du Grand rhinolophe, l'ivermectine
devra être utilisée avec parcimonie et pré-
caution, ou, mieux, être remplacée par des
produits moins nocifs.

 prendre certaines précautions :en isolant les ani- maux traités en stabulation,voire en les maintenantdans un espace restreint pendant quelques jours,eten stockant les fèces pendant les 10 jours suivant ché - Englsih Natur
l'administration, on peut facilement limiter les inci-
dences de l'ivermectine sur les insectes non-cibles.
 Mais cette recommandation ne vaut que
si on utilise des molécules à temps de relar-
guage court.

 précautions quantitatives :la dose utilisée ne doit être ni trop forte ni trop faible, comme l'atteste la Grand rhinolophe per
L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 Tableau 1 - Pour les bovins viandes (ou génisses ou vaches taries).
d'après une synthèse fournie par J.P.DESCOTES (G.D.S.Jura).
Produit utilisé Principes Spectre
(plusieurs choix et compléments à associer) Actifs
Ivermectine Strongles, Farminthic répidose Strongles digestifs associés àAkorfly, Acadrex, Butox, Ectotrine, Cyperméthrine Ectoparasites (puces,poux,Versatrine,etc .
Ivomec solution Ivermectine Strongles, Strongles + taenia des bovins (puces,poux,.) Panacur Strongles + taenia des bovins Strongles + taenia des bovins associés àAkorfly, Acadrex, Butox, Ectotrine, Cyperméthrine Ectoparasites (puces,poux, Versatrine,etc .
Ivomec Pour-On Ivermectine Strongles, Nemisol transcutané ou Ripercol associés à Eprinomectine (puces,poux,.) Akorfly, Acadrex, Butox, Ectotrine, Cyperméthrine Ectoparasites (puces,poux, Versatrine,etc .
Ivermectine Strongles, (solution injec- et (puces,poux,.) Panacur Strongles + taenia des bovins Strongles + taenia des bovins Strongles + taenia des bovins associé àDovenix ou Flukiver Nitroxinil ou Douve Akorfly, Acadrex, Butox, Ectotrine, Cyperméthrine Ectoparasites (puces,poux, Versatrine,etc .
ouIména ou équivalents Levamisole et Strongles & Douve associé à Bithoniol sulfoxide Akorfly, Acadrex, Butox, Ectotrine, Cyperméthrine Ectoparasites (puces,poux,Versatrine,etc .
Ces produits alternatifs sont donnés pour exemple mais peuvent être amenés à changer d'appellation ou de nom commercial.
Une étude fine des produits doit donc être faite pour chaque cas ou territoire avec les acteurs locaux (vétérinaires,agriculteurs).
 Remèdes naturels et produits biologiques  Certains éleveurs choisissent de ne pas vermifuger Certains éleveurs utilisent des remèdes naturels tels que chou À l'image des bovins utilisés pour la gestion du Marais Vernier vert,chénopode ou graines de courges.,ou encore des médi- (76),certains éleveurs font le choix de ne pas vermifuger.Pour eux, les parasites sont des éléments de la biodiversité, et Plusieurs sociétés proposent actuellement des produits "bio- contribuent à la sélection naturelle.Les animaux s'immunisent logiques", principalement des compléments alimentaires (cf. d'eux-mêmes, surtout s'ils sont de races rustiques. Les résul- Tableau 2 - page 13) ne possèdant pas de réelles propriétés tats de 20 ans sans vermifuge dans le marais Vernier,avec des anthélminthiques.Ces produits permettent surtout d'aider le Highland Cattle (destinés non pas à la production de lait ou de bétail à combattre les parasites !.
viande, mais à l'entretien du milieu), encouragent les gestion-naires à continuer dans cette voie.
12 L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 Tableau 2
 Le choix du vermi-
Fournisseur Produit Type de bétail et propriétés
fuge est certes très
important pour en
Bio-Vertu - Hygiène digestive,équilibre alimentaire Extraits végétaux et minimiser les atteintes
- Bovins adultes, ovins, caprins, équins, mais c'est par une com-
- Hygiène digestive Extraits végétaux et binaison de toutes les
précautions et pra-
tiques qui viennent
d'être présentées que
Varech vermifuge, - Apports nutritionnels l'éleveur peut sortir du
semoulette,dextrose thym, lithothamne, cercle vicieux des ver-
à mélanger dans l'eau extraits de plantes, mifuges et éviter
ou bloc à lécher) d'avoir recours aux plus
nocifs. Des éleveurs

3.Choisir des pratiques agricoles plus respectueuses de la Vie fonctionnant de cette façon depuis des années ne
et du bien-être animal connaissent plus de problèmes des parasites.
- le choix de races rustiques locales,moins fragiles,est la
meilleure façon de minimiser en amont les problèmes de
maladies et de parasitisme, tout en participant à la conserva-
VI Élargir le débat
tion des races en voie de disparition.Fruit de longues années Le débat actuel autour de l'ivermectine ne doit pas occulter de sélection,ces races sont logiquement les plus adaptées aux les autres sources de raréfaction de l'entomofaune.En effet,si contextes locaux.Elles sont aussi plus robustes.
les vermifuges ont des incidences non négligeables, pour les- - préférer l'élevage extensif, en respectant des surfaces
quelles nous avons proposé ici des solutions,quelle est la part minimales qui permettent des rotations fréquentes du bétail de responsabilité de certaines pratiques de l'agriculture inten- entre les différentes parcelles.La rotation de pâtures est pour sive,telles que l'utilisation sur des surfaces immenses de pes- certains vétérinaires comme le Dr Joncour (22) un point capi- ticides et particulièrement du désherbant glyphosate (Round- tal de la gestion globale du parasitisme. L'assainissement de up ND), auteur de nombreux déserts biologiques, de la ces pâtures peut être réalisé par l'abandon des ces zones à monoculture à perte de vue et de la destruction des talus et risque pendant quelques temps.
des zones humides ou boisées ? - faire se succéder des espèces différentes sur une
même parcelle (par exemple bovins et équins), pour minimiser
Les produits vermifuges à base d'ivermectine posent
les refus. En effet, les refus sont les plantes qui poussent sur de graves problèmes pour l'entomofaune non-cible et
les crottins ou les bouses,et qui contiennent le plus de para- ses prédateurs, du fait de sa toxicité et de son large
sites.Les animaux les rejettent donc naturellement.Les bovins spectre, le tout étant aggravé par une rémanence
et les équins n'étant pas sensibles aux mêmes parasites (iden- importante.Les voies d'administration ayant l'effet le
tique entre bovins et ovins),les uns peuvent éliminer les refus plus prolongé sur l'environnement (telles que le bolus)
des autres.La succession contribue donc à un assainissement sont les plus dangereuses.Les produits à base d'autres
de la prairie.
composants semblent avoir un impact moindre et
sont donc préférables, mais remplacer l'ivermectine

Un animal n'ayant qu'un petit espace à sa disposition sera tôt par un autre produit ne suffit pas :
ou tard amené à consommer ses refus,et sera donc plus sujet - pour minimiser l'impact des vermifuges, il est pos-
aux parasites.Dans les cas où on ne dispose que d'une petite sible de mieux les utiliser (choix des périodes, isole-
parcelle (surpâturage), on pourra ramasser les crottins et les ment des animaux traités et/ou ramassage des
composter,et / ou pratiquer des coupes de refus.
- une nourriture équilibrée et complète évite les
- mieux,c'est par un ensemble de pratiques d'élevage
carences et rend les animaux résistants et en bonne santé.En (extensification, rotation, assainissement des pâturages,
période de manque d'herbe, il est important de les complé- choix de races rustiques, nourriture équilibrée.) qu'on
menter avec du foin naturel de qualité. Un apport de sels traite au mieux le problème,en amont,et qu'on évite
minéraux doit être fait périodiquement. Les produits biolo- de rentrer dans le cercle vicieux des vermifuges.
giques présentés précédemment combinent antiparasitaires - enfin,la disparition des insectes n'est pas le seul fait
et compléments minéraux.
de l'ivermectine. C'est à une autre échelle qu'il faut
- d'une manière générale, une agriculture plus respec-
ramener le problème, et considérer que ce sont tout
tueuse de la Vie et préservant des zones naturelles et un
un ensemble de pratiques agricoles destructrices de
bocage dense est bénéfique à la faune sauvage en général, et la faune sauvage (pesticides, remembrement, pollu-
donc aux Grands rhinolophes.
tion.) qu'il faut incriminer.
L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7 JONCOUR,G.,1993.Utilisation des anthelmintiques :à raisonner dans les La bibliographie est longue sur ce sujet mais les travaux suivants ont éco-systèmes fragilisés.La Semaine Vétérinaire 690 :18.
été principalement utilisés pour réaliser ce dossier : LECOMTE,T., 1998. L'éradication du varron : "Inquiétudes d'un biologiste".
Insectes 111 :3-7.
AFSSA,2000.Avis relatif à l'évaluation des risques liés au plan national de LUMARET, J.P.,1986.Toxicité de certains helminthicides vis-à-vis des insectes lutte contre l'hypodermose bovine.8 pp.
coprophages et conséquences sur la disparition des excréments de la ALVINERIE,M.& P.GALTIER. 1995.Approche pharmatoxicologique de la théra- surface du sol.Acta Oecologica 7(4) :313-324.
peutique antiparasitaire en élevage.Renc.Rech.Ruminants 2 :259-264.
LUMARET,J.P.,2002.Impact des produits vétérinaires sur les insectes copro- BARTH, D., E.M. HEINZE-MUTZ, R.A. RONCALLI, D. SCHLÜTER & S.J. GROSS.
phages :conséquences sur la dégradation des excréments dans les pâtu- 1993.The degradation of dung produced by cattle treated with an iver- rages.in :Guide pratique à l'usage des gestionnaires des espaces protégés «les mectin slow-release bolus. Veterinary Parasitology, Elsevier Science, 48 : ce,gestion»,Atelier technique des espaces naturels :39-56.
BLOOM, R.A., & J.C. MATHESON. 1993. Environmental assessment of aver- LUMARET,J.P.& F.ERROUISSI.2002.Use of anthelmintics in herbivores and eva- mectins by the US Food and Drug Administration.Veterinary Parasitology, luation of risks for the non target fauna of pastures.Vet.Res. 33 :547- Elsevier Science,48 :281-294.
BLUME,R.R.,R.L.YOUNGER,A.AGA & C.J. MYERS.1976.Effects of residues of certain anthelmintics in bovine manure on Onthophagus gazella,a non-tar- J.F. COOPER,N.KADIRI & D.CROWE.1993.Field effects of ivermectin resi- get organism.Southwestern entomologist 1(2) :100-103.
dues on dung beetles (Insecta,Coleoptera).Journal of Applied Ecology,30 DURANEL,A. 2002. Les parasites du bétail et les effets des médicaments antiparasitaires. in (Colas,S.,F.Muller,M.Meuret & C.Agreil) Pâturage sur LUMARET, J.P. & N.KADIRI. 1998.Effet des endectocides sur la faune ento- pelouses sèches :un guide d'aide à la mise en oeuvre.Espaces Naturels de mologique du pâturage.Bulletin des GTV,3 :55-62.
France :98-100.
LUMBRERAS,C.J.& E.GALANTE.2000.El impacto de los insecticidas ganade- ENGLISH NATURE, 1998. Managing landscape for the greather horseshoe bat.
ros sobre los escarabajos de la dehesa.Quercus 177 :26-30.
Peteborough,6 pp.
MADSEN, M., B. OVERGAARD NIELSEN, P. HOLTER, O.C. PEDERSEN, ENTROCASSO, C., D. PARRA, D. VOTTERO, M. FARIAS, L.F. URIBE & W.G. RYAN.
J. BROCHNER JESPERSEN,K.M.VAGNJENSEN,P.NANSEN & J. GRONVOLD.1990.
1996. Comparison of the persistent activity of ivermectin, abamectin, Treating cattle with ivermectin :effects on the fauna and decomposition doramectin and moxidectin in cattle.Veterinary Record 138 :91-92.
of dung pats.Journal of Applied Ecology,27 :1-15.
PURDEY, M.1996.BSE ;Slow Virus or chronic pesticide initiated modifica- & J.JOHNSTON. 2001.Habitat management for bats.JNCC,UK,47 pp.
tion of the prion protein. 2.An epidemiological perspective. Medical negative effects of the residues of ivermectin in cattle dung using a sus- RIDSDILL-SMITH,T.J.,1993.Effects of avermectin residues in cattle dung on tained-release bolus on Aphodius constans (Duft.) (Coleoptera : dung beetle (Coleoptera : Scarabaeidae). Reproduction and survival.
Aphodiidae).Vet.Res. 32 :421-427.
Veterinary Parasitology,Elsevier Science,48 :127-137.
FINCHER,G.T.& G.T. WANG.1992.Injectable moxidectin for cattle :effects RONCALLI, R.A, 1988. Environmental aspects of use of Ivermectin and on two species of dung-burying beetles.Southwestern entomologist 17(4) Abamectin in Livestock :effects on cattle dung fauna.in :(Campbell,W.C.
(edit.)) Ivermectin and Abamectin,Springer-Verlag,New-York,USA :173-181.
GRANT,A. & A.D. BRIGGS. 1998a.Toxicity of ivermectin to estuarine and STRONG,L.,R.WALL,A.WOOLFORD & D.DJEDDOUR.1996.The effect of fae- marine invertebrates. Marine Pollution Bull.36(7) :540-541.
cally excreted ivermectin and fenbendazole on the insect colonisation GRANT,A. & A.D. BRIGGS. 1998b. Use of ivermectin in marine fish farms : of sustained-release boluses.Veterinary parasitology,Elsevier Science,62 : Some concerns.Marine Pollution Bull. 36(8) :566-568.
GRÉMILLET,X.et coll.1999.Grand Rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum.in WALL,R.& L.STRONG,1987.Environmental consequences of treating cattle :(Roué,S.Y.& M.Barataud,coord.SFEPM) Habitats et activité de chasse with the antiparasitic drug ivermectin.Nature,London,327 :418-421.
des chiroptères menacés en Europe : synthèse des connaissances WALL,R.& L.STRONG,1994.Effects of ivermectin and moxidectin on the actuelles en vue d'une gestion conservatrice. Rhinolophe Spécial 2, insects of cattle dung.Bulletin of Entomological Research,84 :403-409.
Genève :18-43.
WRATTEN, S.D., M. MEAD-BRIGGS, G. GETTINGBY, G. ERICSSON & D.G.
HALLEY, B.A., R.J. NESSEL & A.Y.H. LU. 1989. Environmental aspects of BAGGOTT,1993.An evaluation of the potential effects of ivermectin on Ivermectin usage in livestock : general considerations. in : (Campbell, the decomposition of cattle dung pats.Veterinary Record 133 :365-371.
W.C.(edit.)) Ivermectin and Abamectin,Springer-Verlag,New-York,USA : Ce dossier a été réalisé par Catherine CAROFF Groupe Mammalogique Breton
(Groupe Mammalogique Breton - GMB) avec les Maison de la Rivière 29450 SIZUN apports du Conservatoire des Espaces Naturels du Tél :02.98.68.86.33 Limousin et de la Commission de Protection des Eaux Adèle :gmbreton@aol.com de Franche-Comté et aussi avec l'aide du groupe chi- Site web :www.gmb.asso.fr roptères du GMB,Jean-Pierre DESCOTES (vétérinaire du G.D.S.Jura),Guy JONCOUR (vétérinaire à Callac - 22,Commission Environnement de l'URGTV Bretagne - Union Régionale des Groupements Techniques Vétérinaires),Béatrice MÉROP (vété-rinaire à Pont-Aven - 29),Alain JEAN (vétérinaire à Pont-Aven - 29) & Thierry LECOMTE (gestionnaire du Marais Vernier,Parc naturel régional deBrotonne - 76 & Université de Rouen).
Depuis 1994, avec les Contrats Nature, le Conseil Régional soutient les collectivités locales et les associations qui s'engagent dans des actions de réhabilitation de sites d'intérêt écologique majeur en Bretagne. En permettant la sauvegarde des milieux naturels et d'espèces remarquables, il offre au public d'aujourd'hui et de demain la chance de pouvoir profiter d'un patrimoine naturel préservé. 14 L'Envol des chiros - mai 2003 - N° 7

Source: http://gmb.asso.fr/PDF/DosIvermectine_2003.pdf

awmsg.org

All Wales Guide: Pharmacotherapy for Smoking Cessation July 2014 This guidance has been prepared by Rosemary Allgeier, Principal Pharmacist in Public Health, Public Health Wales, with support from the All Wales Prescribing Advisory Group (AWPAG) and the All Wales Therapeutics and Toxicology Centre (AWTTC), and has subsequently been endorsed by the All Wales Medicines Strategy Group (AWMSG). Please direct any queries to AWTTC: All Wales Therapeutics and Toxicology Centre University Hospital Llandough Penlan Road Llandough Vale of Glamorgan CF64 2XX 029 2071 6900 This document should be cited as: All Wales Medicines Strategy Group. All Wales Guide: Pharmacotherapy for Smoking Cessation. July 2014.

Annexe l 06-10-18.pdf

ANNEXE L AU CODE SPORTIF INTERNATIONAL / APPENDIX L TO THE INTERNATIONAL SPORTING CODE CHAPITRE I - LICENCES INTERNATIONALES FIA POUR PILOTES CHAPTER I - FIA INTERNATIONAL DRIVERS' LICENCES Degrés de licences pour courses sur circuits Grades of licences for circuit racing Qualifi cation et conditions de délivrance pour les